Et si cette fois, c'était la bonne ? Alors que les États-Unis tentent depuis une trentaine d'années de se convertir à la grande vitesse ferroviaire notamment avec l'aide des Français (SNCF, Systra), le coup de pouce décisif devrait venir de la Chine.

La societé de capital-investissement américaine XpressWest qui porte le projet de construire la première ligne de TGV aux États-Unis, entre Las Vegas et le sud de la Califonie, s'est en effet associée à un consortium chinois baptisé China Railway International USA Co qui regroupe les champions de l'industrie ferroviaire chinoise. Les deux partenaires ont annoncé leur accord le 17 septembre 2015.

Le consortium chinois est dirigé par l'opérateur ferroviaire national China Railway, précise de son côté l'agence Chine nouvelle. Il compte aussi dans ses rangs le géant de la construction de train, CRRC Qingdao Sifang International qui résulte de la fusion des deux acteurs nationaux. Le consortium est complété par China Construction America et CRSC International.

"Ce projet va servir de modèle pour une coopération internationale et va solidifier l'industrie du rail à grande vitesse aux États-Unis", écrivent encore les deux groupes.

L'annonce de ce partenariat intervient juste avant la visite d'État la semaine prochaine aux États-Unis du président chinois Xi Jinping.

La nouvelle co-entreprise américano-chinoise qui sera basée dans le Nevada dispose de 100 millions de dollars de fonds propres et va lever des fonds pour financer, construire, équiper et exploiter une ligne de 370 kilomètres entre Las Vegas et le sud de la Californie. Le premier coup de pioche est attendu pour septembre 2016. Sur son site XpressWest, annonce l'utilisation de rames capables d'aller à 240 km/h (150mp/h).

MF (avec AFP)