"Le projet est né du constat que les enquêtes ménages manquent de fiabilité, coûtent extrêmement cher et permettent difficilement de reconstituer la chaîne modale de déplacements", explique Diane Stynen, chargée d'études chez Transamo. Aujourd'hui, la plupart des usagers ont un portable qui permet de les géolocaliser et de connaître leur mobilité, y compris lorsqu'ils se déplacent à pied. C'est ainsi que l'appli mobile my-ways est née au sein du programme Norm-atis (1) financé par l'Agence nationale de la recherche.

Des volontaires récompensés

L'appli mobile permet de recueillir des données complètes et fiables sur les déplacements des personnes ciblées : transports publics, marche à pied, vélo, voiture. L'objectif ? Optimiser le réseau de transports, l'offre sur un territoire ou un arrêt précis d'une ligne de bus, par exemple. My-ways fonctionne avec un site internet qui permet aux usagers de mettre à jour et de valider les déplacements enregistrés. Un système retenu contraignant car il nécessite une implication minimum des participants. Mais Transamo le juge nécessaire pour éviter toute perte d'information, en particulier sur le mode de transport utilisé.

Concrètement, une fois les objectifs de l'enquête et la cible définis, Transamo se charge de recruter les volontaires par des opérations de communication. Pour inciter les usagers à télécharger l'appli et à s'impliquer pendant toute la durée de l'enquête, un système de récompense de 20 euros est offert aux premiers inscrits. Pendant l'enquête, l'entreprise assure le suivi et notamment les relances. Enfin, la filiale de Transdev collecte et agrège les données puis les analyse. Le budget moyen d'une enquête s'élève à 15 000 euros.

Deux tests grandeur nature

Pour l'instant, Transamo a testé deux fois my-ways sur des lignes du réseau Transdev. En juin 2014, la ligne Mobilien 23 (Créteil-Brie-Comte-Robert) qui a permis de suivre une quarantaine de volontaires sur cinq jours et d'enregistrer 13 000 points de localisation. En octobre 2014, les lignes 6 et 7 des cars d'Orsay qui desservent le campus sur qui a recueilli une cinquantaine d'inscrits pour trois jours. Deux expériences qui ont permis de vérifier le bon fonctionnement de my-ways. En outre, la filiale de Transdev a doublé l'expérience avec une enquête papier afin notamment de vérifier la fiabilité des résultats.

Mais, le process doit être perfectionné. Premier constat, le processus de recrutement des volontaires doit être amélioré afin de travailler sur des échantillons plus larges. Autre constat, la perte de volontaires pendant la durée de l'enquête. "Nous allons, par exemple, remplacer les relances par mail par un système de notification push", précise Diane Stynen. Enfin, l'enquête est plus facile à réaliser sur un petit territoire et lorsqu'elle est portée par un acteur institutionnel. "Nous n'avons pas de notoriété auprès des usagers. C'est donc plus difficile de les aborder", explique-t-elle.

Transamo est actuellement en discussion avec d'autres réseaux pour réaliser des enquêtes déplacements et va présenter my-ways au congrès mondial ITS qui se tient à Bordeaux début octobre 2015.

Florence Guernalec

(1) Norm-atis : New Standard to develop Advanced Transportation information Services