Cherche bêta-testeurs. CityScoot est en phase de "recrutement" de candidats. Après un partenariat passé en début d'année avec Vinci Park pour déployer la location de scooters électriques en libre-service dans les parkings du groupe, CityScoot va expérimenter la location de scooters électriques en free-floating à  Paris. Pas de stations et de bornes sur la chaussée, comme pour Autolib' et Vélib', les deux-roues pourront être pris et laisser à n'importe quel endroit (sur les places autorisées), dans dix quartiers définis.
 

 

Ainsi, CityScoot va mettre en service une flotte de 70 scooters pendant quatre mois à partir du 30 juin 2015. Une période d’expérimentation qui permettra à l'entreprise "de valider les fonctionnalités, la fluidité, le confort et la technologie du service". Une application mobile permettra de repérer les scooters disponibles, et de les réserver. Pour démarrer, il suffira d'entrer sur un clavier numérique intégré au scooter un code envoyé par SMS.

Pendant la phase d'expérimentation, Cityscoot utilisera les bornes Autolib' pour recharger ses deux-roues. "Il y a des prises tierces dans 300 stations, sur lesquelles on peut brancher un scooter", a expliqué Bernard Edelist, un des fondateurs de l'entreprise.

 

Si l'expérimentation s'avère concluante, le service sera lancé à l'échelle commerciale en janvier 2016, et 1000 scooters seront progressivement déployés au cours du premier semestre. A partir de cette date, il sera possible de rendre les véhicules n'importe où dans Paris. Les usagers n'auront pas à s'en préoccuper, ce service étant assuré par la société. Par la suite, un autre mode de recharge pourrait être utilisé, permettant à l'entreprise de s'affranchir des bornes Autolib'. La location d'un CityScoot sera facturée 3 euros le quart d'heure.

La mairie, qui envisageait la mise en place d'un service de scooters électriques en libre-service dit Scootlib, y renoncera si l'expérience "Cityscoot" réussit, selon une porte-parole.

Florence Guernalec (avec AFP)