L'arrivée du tramway au Luxembourg avec une future ligne de 16 kilomètres prévue pour début 2017 vient de franchir une étape importante. En charge du projet, le conseil d’administration de Luxtram - la société publique détenue par l'État luxembourgeois et par la capitale du Grand-Duché - a annoncé, le 18 mai 2015, son choix "de confier la réalisation des rames du futur tramway au constructeur espagnol CAF.

La commande concerne 21 rames de grande capacité capables d'accueillir jusqu'à 450 personnes pour un coût d’acquisition de 83 millions d’euros. Elle prévoit plusieurs tranches conditionnelles, le parc devant s'élever au final à 32 rames.

Particularité du matériel, il est doté de batteries embarquées afin de franchir une section de 3,6 kilomètres sans caténaire situé entre le Pont Rouge et la Gare centrale. Une solution technique dite "ACR" (Rapid Charge Accumulator) éprouvée par CAF sur son tram de Séville et Saragosse.

L’appel d’offres a été publié en octobre 2014. “Le cahier des charges (…) a été soumis à sept constructeurs de tramways, détaille Luxtram.  Trois offres – d’Alstom, de CAF et de Stadler – ont été soumises. Après examen, deux sociétés, Alstom et CAF, ont été retenues pour la phase de négociation. L’Espagnol l’a emporté tant au niveau de la note technique, que de l’offre financière la plus avantageuse.“

L'autorité organisatrice signale que le premier rail sera posé au premier trimestre 2016 et la livraison de la première rame est prévue pour le début de l’année 2017 afin d’assurer la mise en service commerciale du premier tronçon entre Luxexpo et le Pont Rouge dès le second semestre 2017. Des extensions sont prévues pour 2020 et 2021.

La construction d’un dépôt destiné au garage et à l‘entretien du tram, ainsi que d’un bâtiment administratif débuteront, en janvier 2016, au Kirchberg, en face de Luxexpo. Au total, le budget prévisionnel du projet s'élève à 565 millions d'euros, 240 emplois seront créés dont 140 pour le fonctionnement et l’entretien de la ligne de 16 kilomètres et 70 pour le matériel roulant.

Marc Fressoz