On peut être spécialiste de la location de voitures entre particuliers et racheter son voisin de parking. Drivy, le numéro un du marché, vient d’en fournir l’illustration en absorbant une autre start-up, Buzzcar, numéro trois du secteur.

L’opération, annoncée le 2 avril 2015, permet au nouvel ensemble de revendiquer à ce jour une communauté de 500 000 membres en France et en Allemagne avec un parc de 26 000 voitures à louer.

Drivy, qui va se lancer cette année en Espagne et dans un autre grand pays européen non encore déterminé, triple actuellement d'année en année ses volumes de location. L'acquisition de Buzzcar permet "un gros coup d'accélérateur" à la croissance, selon Paulin Dementhon, le président et fondateur de Drivy, service lancé en 2010.

L'opération d'absorption s'est faite par échange de participations. Robin Chase, la cofondatrice du site d'autopartage américain Zipcar et le groupe Mobivia (Norauto, Midas, la Bicyclette électrique etc.) qui étaient actionnaires de Buzzcar, entrent au capital de Drivy.

Bpifrance dans l'affaire

Mobivia participe aux cotés du fonds Ecotechnologies de Bpifrance et  des partenaires historique  Index Ventures et Alven Capital à une augmentation de capital. 8 millions d'euros d'argent frais serviront à  financer le développement du nouveau groupe.

Alors que dans le covoiturage, un champion comme BlaBlaCar prend du trafic à la SNCF sur certains axes, ce nouveau poids lourd de la location de voitures entre particulier menace-t-il l'activité des loueurs traditionnels comme Avis, Hertz ou Europcar ? Bien que Drivy s'en défende en mettant en avant la création d'un nouveau marché qui s'adresse à une cible différente, les acteurs traditionnels se sentent menacés.

Sur un marché français difficile touché par la crise, les volumes et les prix moyens de location de voiture sont à la baisse et les grands loueurs estiment que ces  nouveaux services nés grâce à Internet - il faut également citer Ouicar issu de Zelok auto - contribuent à maintenir la pression sur les prix. Plus que le covoiturage, la location entre particuliers les inquiète. 

Fin 2014, la filiale française de l'Américain Hertz qui enregistre sa plus importante activité en dehors des États-Unis estimait le parc de location entre particuliers dans l'Hexagone entre 20 et 30 000 voitures, soit l'équivalent potentiel d'un concurrent de plus petite taille. Pour s'adapter aux nouvelles pratiques, les loueurs s'inspirent de leurs concurrents. Ainsi, Hertz a lancé l'an dernier un service d'autopartage baptisé 24/7 qui permet  d'éviter un passage par une agence. L'entreprise estime que ce service attire notamment des jeunes urbains non motorisés qui ont été sensibilisés à la pratique de l'autopartage via Autolib'. 

Son concurrent Avis est allé plus loin. Il est le premier des majors de la location à avoir franchi le pas en rachetant en 2013 l'américain Zipcar.

Seule certitude, la mobilité est en pleine évolution…

Marc Fressoz