Deux fois plus de véhicules, deux fois plus de stations et l’ajout de quadricycles Twizy en complément de "la familiale" Bluecar. Telles sont les principales évolutions du service d’autopartage lyonnais Bluely, qui boucle ce 2 avril 2015 la deuxième phase de son développement. Lancé fin 2013, Bluely comptait initialement 130 véhicules pour une cinquantaine de stations, dont 45 au cœur de Lyon et le reste à Villeurbanne. 
 
"Depuis octobre 2014, nous sommes passés en phase 2 et avons progressivement ajouté 25 stations à Lyon, dix à Villeurbanne et quinze dans des communes alentours, pour atteindre désormais 101 stations, explique Gilles Vesco, conseiller délégué de la Métropole de Lyon en charge des nouvelles mobilités urbaines. Nous avons également doublé l’offre de véhicules qui passe à 250 voitures, dont 30 Renault Twizy."
 
Pourquoi intégrer le petit deux places électrique de Renault ? "Il est susceptible de développer l’attractivité du service, notamment auprès du jeune public", explique Gilles Vesco. Il s’agit également pour Renault de faire la promotion de son quadricycle. Selon nos informations, c’est d’abord le constructeur automobile qui a souhaité voir le Twizy intégrer Bluely. Rappelons que fin 2014, Renault a pris 30% de participations dans les différentes sociétés d’autopartage du groupe Bolloré (hors Autolib’Paris) dont Bluely. Il peut donc orienter certains choix commerciaux.
 

Un équilibre à 5000 abonnés
 

"Nous sommes très satisfaits de ce service qui se développe rapidement et devrait encore attirer de nouveaux utilisateurs grâce au doublement de l’offre. Nous estimons que 50 % de stations en plus, c’est 100 % de trafic en plus", poursuit Gilles Vesco. Aujourd’hui, le service compte près de 2500 abonnés dont 1400 Premium, c’est-à-dire ayant souscrit à un abonnement annuel. "L’équilibre financier de Bluely devrait être atteint avec 5000 abonnés Premium, confie pour sa part Christian Studer, directeur de Bluely. Initialement nous pensions atteindre cet objectif sept ans après le lancement. Nous devrions y parvenir avant." Rappelons qu’à Paris, le service Autolib’ devrait également être rentable plus tôt que prévu, courant 2015 au lieu de 2017.
 

Bientôt une phase 3
 

La phase 2 du déploiement de Bluely a couté 25 millions d’euros, financés par le groupe Bolloré. Et le service va continuer de se développer. La centaine de stations représente aujourd’hui 500 bornes de recharge (cinq par station). "Il y en aura bientôt 1000", a indiqué Vincent Bolloré durant l’inauguration de cette phase 2. Aucun calendrier exact n’a encore été défini, mais de nouvelles stations devraient être ouvertes dès 2016. 
 
Le Grand Lyon a également demandé la mise en place d’un tarif à moitié prix lors d’un stationnement ponctuel des véhicules, hors stations. "Le principe est de pouvoir garer son véhicule où l’on veut, par exemple sur le parking d’Ikea pour aller acheter des meubles, explique Christian Studer. Le véhicule étant à l’arrêt, il est logique que le client paie moins." Concrètement, il en coûtera 10 centimes d’euros la minute, au lieu de 20, pendant donc une durée maximale de deux heures. Un tarif préférentiel qui ne sera valable qu’une fois par course. Ce nouveau service devrait être proposé courant 2015.
 
Christophe Guillemin