Après les incidents commis dans le RER C et D du 15 mars 2015, le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon avait immédiatement communiqué sur l’action menée pour renforcer la sécurité dans les transports franciliens. Cette fois, il annonce un renforcement de la présence humaine sur les lignes RER et trains de banlieue de la région parisienne.

Davantage de gilets rouges

Celui-ci signera au mois de juillet prochain, de nouveaux contrats avec la RATP et la SNCF qui doubleront le nombre de médiateurs en 2016. Ces derniers pourront désormais être présents au-delà de 21H00 ainsi que les week-ends. La mesure, dont le coût n’a pas été précisé, sera financée par la région Ile-de-France et le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif).

Actuellement, 122 agents de médiation parcourent six lignes de transport sur des tronçons ciblés, avec pour mission d'assurer la tranquillité à bord des trains et dans les gares. "Le plus important dans notre politique de sécurité, c'est la présence humaine", a déclaré Jean-Paul Huchon, le 1er avril 2015, à l'occasion d'une tournée avec quelques médiateurs de la ligne D du RER entre Evry et Juvisy (Essonne).

Des atteintes physiques en baisse

"La médiation est un des facteurs de la baisse des agressions", a assuré Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Transilien, précisant que les atteintes physiques contre les usagers avaient baissé de 33% entre 2013 et 2014. Par groupe de trois ou quatre et vêtus de gilets rouges, ces agents sont chargés de rassurer les usagers dans les trains et gares des zones sensibles. Employés par l'association Promévil (Promotion des métiers de la ville), ils ont pour mission de porter assistance aux voyageurs, d'apaiser les tensions et de lutter contre les incivilités.

Pour Jean-Paul Huchon, "La vidéo-surveillance est nécessaire pour retrouver les coupables mais elle n'empêche pas les agressions. La meilleure solution, c'est de disposer sur le terrain d'une très grande présence humaine".

(avec AFP)