C’est le 4e réseau en France en nombre de véhicules en autopartage après Paris, Nice et Lyon. Et c’est le premier en France à proposer des bornes de recharge pour tous types de véhicules électriques et hybrides avec autant de services associés : autopartage en libre-service, covoiturage pour déterminer et choisir son déplacement, informations voyageurs sur les transports en commun...
Marne-la-Vallée entre aujourd'hui dans la deuxième phase du déploiement de stations d’écomobilité. Le projet a d'ores et déjà été récompensé à la 5e éditions des Trophées des territoires électromobiles de l'Avere-France, l'association pour le développement de la mobilité électrique.

Le réseau va passer de 16 stations ouvertes lors de la première phase lancée en juin 2014 à 88 d’ici à 2016, ce qui représentera 86 voitures en autopartage et 176 places de recharge pour véhicules électriques. Le déploiement s’organise majoritairement sur les 27 communes qui composent le territoire de Marne-la-Vallée. Pour utiliser le bouquet de services, il suffit de souscrire à un seul abonnement à 4 euros par mois. Le service d’autopartage est facturé par demi-heure entre 2,50 et 3,50 euros. Une offre du dernier kilomètre qui se veut complémentaire des transports en commun.

Programme Molécules
 

 

L’expérimentation a démarré en 2012 avec le concours de la RATP, de la SNCF (Gares & Connexions) et de MOPeasy, spécialiste de l’écomobilité qui a développé la plateforme monautopartage.fr. Les premières stations ciblaient en priorité les gares Noisy-Champs (RER A), Chelles (RER E) et Chessy (gare TGV et RER A), ainsi que le pôle d’Enseignement supérieur et de recherche, Descartes. Le projet s’inscrit dans le programme européen, Molécules qui a retenu trois sites pilotes pour les expérimentations de mobilité électrique : Berlin, Barcelone et le Grand Paris (Marne-la-Vallée et Neuilly-sur-Seine).

 

Le réseau de stations d’écomobiilté est porté par la Communauté d’Agglomération de Marne-la-Vallée/Val Maubuée, la Communauté d’Agglomération de Marne-et-Gondoire, le SAN du Val d’Europe et l’Établissement Public d’Aménagement de Marne-la-Vallée. Le projet est soutenu par le programme Véhicule du futur des Investissements d’avenir opéré par l’Ademe, le conseil général de Seine-et-Marne et la région Ile-de-France.

 

Florence Guernalec