Il ne s'agit que de deux petites lignes de métro de 3,5 et 1,3 kilomètres, mais elles sont implantées au cœur de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle qui, chaque année, voit transiter soixante millions de passagers dont de nombreux étrangers. Une vitrine internationale pour son opérateur. Ce qui explique sans doute pourquoi son attribution a donné lieu à un bras de fer entre Keolis, opérateur actuel, et Transdev, son challenger. Le premier, qui avait saisi le tribunal de grande instance de Paris en apprenant, début janvier, qu'il avait perdu face au second, vient de se voir débouter de sa plainte.

C'est donc Transdev qui va opérer, à partir de juin 2015 et pour une durée de sept ans renouvelable une fois pour trois ans, les deux lignes de métro automatique Val qui sillonnent la zone aéroportuaire. La première (3,5 kilomètres) dénommée CDGVAL, qui dessert cinq stations, relie les trois terminaux de l'aéroport, les gares RER et TGV et les parcs de stationnement. Cette ligne fonctionne 7jours/7, 24h/24. La seconde baptisée Lisa relie sous douane le terminal 2E aux satellites S3 et S4.

Selon nos informations, ce contrat qui comprend l'exploitation et la maintenance des systèmes est d'environ 100 millions d'euros.

Robert Viennet