Après les municipales de mars 2014 et la victoire de la droite, qui a entériné l'abandon du projet de tramway porté par la précédente majorité, on attendait les solutions alternatives proposées par les nouveaux élus d'Amiens métropole. C'est chose faite avec la publication au bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP), du 31 janvier 2015, d'un appel d'offres portant sur "la maîtrise d'œuvre pour la conception et la réalisation de trois nouvelles lignes de bus à haut niveau de service sur Amiens métropole".

Quelques jours plus tard, Pascal Rifflart, vice-président d'Amiens métropole chargé des transports, apportait quelques précisions à l'occasion des premières assises annuelles des transports organisées dans la ville. Les trois lignes de ce qui n'est encore qu'un "pré-projet" comme l'a souligné prudemment l'élu, mailleront l'ensemble de l'agglomération. La première, la ligne rouge, suivra peu ou prou le tracé du tramway prévu originellement. Elle partira du campus universitaire et de l'hôpital Sud pour ensuite traverser le centre-ville d'Amiens puis aboutir aux quartiers nord. La ligne bleue partira de la commune de Longueau au Sud-Est , traversera le centre d'Amiens avant de desservir Dreuil-lès-Amiens au Nord-ouest. Enfin, la ligne verte orientée Nord Sud viendra compléter le tableau.

Leur tracé précis n'est pas encore arrêté. L'appel d'offres précise que ces trois lignes "d'environ 45 kilomètres au total" seront "en grande partie en site propre". Les candidats intéressés par ce marché de maîtrise d'œuvre ont jusqu'au 25 février 2015 pour remettre leurs offres.

La mise en œuvre de ce projet nécessitera la construction d'un nouveau dépôt de bus et de quatre parcs relais. Son coût est actuellement estimé à 85 millions d'euros, dont 42 pour les infrastructures et 38 pour le matériel roulant. Si le calendrier est respecté, les travaux pourraient débuter en 2017 et la mise en service s'effectuerait deux ans plus tard.

Robert Viennet