Le CPER prévoit une contribution de l'Etat de 2,9 milliards et de 4,4 milliards pour la région. Principal poste d'investissement, les transports du "Nouveau Grand Paris" recevront 1,4 milliard de l'Etat, comme s'y était engagé le Premier ministre Manuel Valls en octobre. "La région a obtenu satisfaction sur les engagements financiers de l'Etat", se félicite-t-elle dans l'exposé des motifs du document.

La collectivité, qui a obtenu dans le projet de loi de finances 2015, 140 millions d'euros de ressources nouvelles par an, pourra quant à elle porter son effort à 500 millions d'euros annuel pour les transports du Nouveau Grand Paris.

Au total, l'enveloppe qui leur sera allouée se montera à 7,5 milliards, en ajoutant la part de la Société du Grand Paris (1,4 milliard) et des autres contributeurs (collectivités locales, opérateurs : 1 milliard).

Ces sommes permettront de financer "des opérations structurantes très attendues comme la poursuite des schémas directeurs des RER, le prolongement d'Eole à l'ouest, le prolongement de la ligne 11 du métro, la tangentielle Ouest, le plan tramways, le plan Tzen (bus à haut niveau de service, ndlr), les nouvelles voies de bus sur autoroutes", détaille la région.

Eole absorbe à lui seul 1,75 milliard d'euros, une enveloppe qui "permettra notamment de lancer une phase significative des travaux d'amélioration de la ligne entre Mantes et La Défense".

A noter une nouveauté qui "signe un changement culturel profond", selon un porte-parole : une ligne de 10 millions d'euros est pour la première fois prévue pour les circulations douces.

Toujours au chapitre des transports, le financement des opérations multimodales (infrastructures ferroviaires, fluviales et portuaires) représentera 487 millions d'euros (dont 259 pour l'Etat), et celui des infrastructures routières 365 millions (dont 206 pour l'Etat).

Ce projet de CPER doit être approuvé par le Conseil régional lors de sa séance plénière des 12 et 13 février, avant de faire l'objet d'une enquête publique et d'être définitivement adopté, a priori en avril.