A une semaine de Noël, cette annonce ne pouvait pas mieux tomber. Envolées les craintes de ne pas voir l'Etat tenir ses engagements du Grenelle. Avec un an de retard dû autant aux tergiversations sur l'écotaxe qu'à la campagne des municipales, Ségolène Royal a donc présenté, ce 18 décembre 2014, avec Alain Vidalies la liste des 99 projets retenus sur 122 déposés en septembre 2013. Une vingtaine n'ont pas été retenus soit parce qu'ils n'ont pas survécu aux dernières municipales comme le tramway d'Amiens, soit parce qu'ils ont reçu un avis défavorable du jury "en raison de leur non-conformité au cahier des charges ou de leur insuffisance technique", explique un communiqué du ministère de l'environnement.

Les projets retenus sont portés par 70 agglomérations de province. Les subventions représentent, en moyenne, 16% du montant éligible avec un minimum d'au moins 10%. Résultat, des enveloppes allant de 60 000 euros (parc à vélos de Thionville) à 30 millions d'euros (tramway de Marseille). Une soixantaine de projets ont reçu un coup de pouce supplémentaire au titre de la politique de la ville. "Des bonifications pouvant aller jusqu'à 10% du montant des dépenses éligibles", a précisé Alain Vidalies.

Ces projets concernent :

  • 54 bus à haut niveau de service (BHNS)
  • 15 tramways (nouvelles lignes et prolongements)
  • 4 métros
  • 4 transports par câble ou funiculaire
  • 3 transports par voie maritime
  • 6 projets de parcs à vélos
  • 13 autres projets de mobilité durable (multimodalité renforcée, billettique, réorganisation de réseaux, association de différents modes de transports...)

Au total cela représente la construction de 950 kilomètres de lignes nouvelles dont 811 kilomètres de BHNS, 81 kilomètres de tramway et 27 kilomètres de métro.

Pour bénéficier de ces financements les collectivités devront engager les travaux avant le 31 décembre 2017 et pas le 31 décembre 2016 comme prévu à l'origine.

Dans un communiqué le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) "salue ce soutien financier de l'Etat aux collectivités" et "appelle au lancement dans les deux années à venir d'un quatrième appel à projets, pour poursuivre l'effort engagé."

Ces appels à projets son en effet nés du Grenelle de l'environnement qui, en 2007, prévoyait que l'Etat mobilise 2,5 milliards d'euros d'ici à 2020. Pour les deux premiers appels à projets (2009 et 2011) l'Etat a débloqué 1,2 milliards d'euros. Avec ce troisième on atteint 1,65 milliards. Reste donc 900 millions d'euros à mobiliser d'ici 6 ans. Deux appels à projets à 450 millions d'euros et on serait dans les clous du Grenelle.   

Robert Viennet
...