Des amendes moins lourdes mais plus fréquentes pour les cyclistes. Le conseil national de la sécurité routière (CNSR) préconise de généraliser le dispositif testé à Strasbourg depuis deux ans.

Fin 2012, Strasbourg a décidé de verbaliser plus systématiquement les cyclises en infraction. Une dizaine sont visées comme le non-respect d’un feu rouge et le fait de téléphoner tout en circulant.
Cependant, la ville, le parquet de Strasbourg et la préfecture du Bas-Rhin ont décidé d’appliquer "une verbalisation adaptée", soit 45,60 euros l’amende au lieu de 90 euros pour une voiture.
Résultat, une baisse du nombre de 38% du nombre d’accidents impliquant des cyclistes entre 2012 et 2013.

L’expérience est suffisamment concluante pour que le président de la commission deux roues du CNSR, Christian Jacquot préconise une extension nationale du dispositif. Cependant, le délégué interministériel à la sécurité routière, Jean-Robert Lopez, explique qu’il faudra d’abord effectuer une expertise juridique en raison du risque d’un problème d’"égalité devant la loi". Celui-ci s’est, ainsi, abstenu lors du vote de la recommandation du CNSR.