Si ça continue, Vincent Bolloré  va finir par mériter le surnom de monsieur 100 000 volts. Pour marquer les trois ans d'Autolib', le système de voitures électriques en libre-service parisien, il a lancé avec Anne Hidalgo, maire de Paris, Utilib', des Bluecar dotées de deux places et d'un coffre de 900 litres pour transporter de petites marchandises. Destiné plus particulièrement aux artisans, mais également ouvert aux parisiens, ce service compter,a dans un premier temps, 100 utilitaires (30 en décembre) différenciés des autolib par leur couleur rouge vif.

Utilib' sera accessible moyennant un abonnement complémentaire à celui d'Autolib' (abonnement annuel 6 euros/mois + 6 euros HT/heure). Jusqu'en mars, ce service sera gratuit pour les artisans et les professionnels. Il fonctionnera sur le même principe qu'Autolib'. On pourra prendre son véhicule à une borne et le laisser dans une autre. Ce qui risque de rapidement disperser cette flotte parmi les 900 stations (et 3000 véhicules) que compte aujourd'hui le système. Nous apprendrons en marchant comme pour Autolib' a dit en substance Vincent Bolloré qui a confirmé, comme nous l'indiquions dans un précédent article, qu'Autolib' devrait être rentable au début 2015.

16000 bornes de recharge


La seconde annonce du jour est venue du ministère de l'Economie qui a indiqué que le groupe Bolloré a proposé de déployer en France 16 000 points de recharge électrique publics. Un investissement de 150 millions d'euros sur quatre ans.

Bercy et le ministère de l'Ecologie décideront d'ici fin janvier "si ce projet est reconnu de dimension nationale et donc exempté de redevance d'occupation du domaine public". Et en cas d'avis favorable, Bolloré lancera dans chaque région concernée une concertation sur "les modalités précises d'implantation" de ses stations de recharge.

Ce projet, comme tous les projets de dimension nationale "qui seront validés au cours des prochains mois", sont "complémentaires" de ceux des collectivités locales, soutenus par le programme d'investissements d'avenir, rappelle le ministère de l'Economie.

La loi sur la transition énergétique, actuellement en débat au Parlement, prévoit d'atteindre sept millions de points de charge en 2030.

Du bluebus au bluetram


Bolloré poursuit par ailleurs ses activités dans le domaine des transports publics électriques développés par sa filiale Bluesolutions. Le 8 décembre, toujours, la ville de Rome a mis en service 4 Bluebus, des minibus électriques sortis des chaînes de l'usine française de Laval.

Enfin, mi-janvier, le breton électrique inaugurera à Ergué Gabéric (29), près de Quimper l'usine d'où sortiront les "bluetram" qui n'ont de tram que le nom. Il s'agit de bluebus dotés de supercapacités qui se rechargeront à chaque arrêt en quelques secondes par biberonnage. De quoi leur donner une autonomie illimitée.

En cette fin d'année Vincent Bolloré voit la vie en bleue.

Robert Viennet