"Comme le veut la procédure, c'est la présidente du syndicat qui fait son choix avant de le soumettre au vote du conseil syndical", a expliqué à MobiliCités, Anne-Lise Dufour, présidente du Siturv depuis les dernières municipales. Un vote qui ne devrait être qu'une formalité d'autant que le choix de la présidente a été ratifié, le 17 novembre, par le bureau syndical. "Ce que n'exige pas la procédure, mais je souhaitais le faire parce que je veux faire vivre ce syndicat de la manière la plus participative et démocratique possible", indique l'élu.

RATP Dev prendra les commandes du réseau valenciennois "Transvilles", le 1er janvier 2015 pour une durée de sept ans. Le Siturv lui versera 35 millions d'euros par an (contre un peu moins de 40 précédemment), auxquels s'ajouteront 15 millions d'euros de recettes tarifaires. Au-delà de ces 15 millions les recettes, s'il y en a, celles-ci seront partagées à parts égales entre RATP Dev et le Siturv.

RATP Dev l'a emporté devant deux autres candidats (Keolis et Vectalia allié aux transports de Barcelone) "parce qu'elle répondait au plus près à ce qu'on attendait", explique Anne-Lise Dufour. Principale raison de ce choix, la prise en compte par l'opérateur des spécificités territoriales de l'agglomération composée de grandes villes comme Valenciennes ou Denain, de villes plus petites et d'un espace rural très important.

Espace urbain et rural


"Une ruralité qu'il faut desservir et rattacher au maillage des grosses infrastructures comme nos deux lignes de tram, le TER, notre futur BHNS et bien sûr notre réseau de bus. RATP Dev a fait de belles propositions en termes de transport à la demande". Ainsi, certaines lignes de bus peu fréquentées seront remplacées par des lignes de transport à la demande.

Autre point fort, le gagnant "a complétement intégré notre demande de dessertes des zones d'activité", avec une meilleure prise en compte des horaires spécifiques à chaque entreprise et la mise en oeuvre de Plans de déplacement entreprises (PDE). "C'est une demande récurrente de notre part. A quoi cela sert de desservir l'hôpital à partir de 6h30 alors que les infirmières prennent leur service à 6h00 ?", s'interroge Anne-Lise Dufour, visant directement le précédent contractant, Transdev.

RATP Dev s'est engagée à faire progresser la fréquentation du réseau de 1 million de voyages supplémentaires pendant les sept ans de la délégation, soit un objectif de 18 millions de voyages en 2022. Un challenge qui ne sera pas facile à relever quand on sait que globalement l'offre kilométrique du réseau va baisser passant de 39 millions à 35 millions de kilomètres au 1er septembre 2015.

Confiance en l'avenir


Mais, Anne-Lise Dufour se dit confiante. "Ratp Dev a bien intégré, dans ses horaires, l'offre TER qui venait parfois doublonner avec celle du réseau urbain. Par exemple, entre Saint-Amand et Valenciennes, plusieurs TER circulent quotidiennement presque à vide, et nous avons une ligne de bus qui suit le même trajet." D'autant plus incompréhensible que grâce à un accord avec la région, le TER est accessible sur le territoire de l'agglomération avec un ticket de bus. "Certains utilisateurs du bus ne savaient même pas qu'il existait une offre ferroviaire deux fois plus rapide entre les deux villes pour le prix d'un ticket", insiste Anne-Lise Dufour. Un gros travail de communication en perspective pour l'opérateur.

Suite à la proposition de RATP Dev, les tarifs vont subir une baisse. Ainsi, les collégiens et les lycéens pourront utiliser le réseau tous les jours de l'année pour 100 euros par an (hors aide sociale). Un tarif moins de 26 ans et plus de 65 ans à 280 euros par an (contre 380) va également être créé. Autre initiative forte de l'opérateur, l'achat de 50 bus neufs pour rajeunir l'âge du parc à 8 ans, là où les concurrents proposaient une maintenance accrue du parc existant.

De 500 à 430 emplois


Seul point noir, mais il est de taille, la baisse de l'offre va entraîner une réduction de la masse salariale de l'entreprise : "A la fin des sept ans de la délégation, l'entreprise sera passée de 500 emplois équivalents temps plein à 430." 70 suppressions de postes qui devraient "se faire en douceur", explique Anne-Lise Dufour, principalement par non remplacement de départs à la retraite. Dans le même temps, le recours à l'affrètement par des PME locales devrait passer de 20 à 26%.

C'est un beau challenge qui attend RATP Dev qui fait pour la première fois son entrée dans un réseau de province doté de deux lignes de tramway. Et qui mettra en service, mi-2016, une ligne de BHNS reliant Valenciennes à la frontière belge. Du travail en perspective pour le nouveau directeur du réseau Philippe Gaillard, ancien patron du RER B.

Robert Viennet