Alstom a obtenu ce contrat de la part du consortium Northwest Rapid Transit chargé de concevoir, construire, financer puis d'exploiter cette ligne de 23 kilomètres pendant quinze ans (à dater de sa mise en service). Le constructeur français sera responsable de la gestion du projet, de la conception, de la fourniture, de la fabrication, des tests et de la mise en service du matériel roulant et des systèmes de signalisation. Il fournira 22 rames à six voitures totalement automatiques de la gamme Metropolis, ainsi que le système de signalisation CBTC (Communications-Based Train Control).

Les Métropolis, qui circulent déjà dans plus de 40 villes dans le monde (4000 voitures), seront dotés de trois portes doubles par voiture afin d'améliorer l'accès et la circulation des passagers. Ils seront pilotés par le système de contrôle informatisé, Urbalis 400, développé par Alstom

La North West Rail Link est un vieux projet datant des années 90 qui a été ressorti des cartons en 2010 par le gouvernement de l'état des Nouvelles-Galles du Sud. Ce projet de 3,7 milliards de dollars australiens (2,5 milliards d'euros) sera financé en Partenariat Public Privé (PPP) par le consortium Northwest Rapid Transit composé de MTR Corporation, John Holland, Leighton Contractors, UGL Rail Services and Plenary Group. Il s'agit du plus gros PPP jamais signé en Nouvelles-Galles du Sud. Il nécessitera la construction de huit nouvelles gares et d'un tunnel bi-tube de 15 kilomètres dont le percement vient de débuter.

La mise en service de cette ligne est prévue pour 2019. Elle devrait être prolongée dans une deuxième phase de 14 kilomètres vers le centre d'affaires de Sydney (CBD).