"La RATP affiche une des meilleures rentabilités en Europe, a déclaré son p-dg, Pierre Mongin lors d’un point presse sur les résultats du premier semestre du groupe. Le résultat net progresse plus vite que le chiffre d’affaires (CA), +4,8% contre 3,3%". Ainsi, le CA s’élève à 2,67 milliards d’euros au premier semestre 2014, et le résultat net part du groupe à 198 millions d’euros, la moitié de cette progression est apportée par les filiales (RATP Dev en tête). Leur contribution au chiffre d’affaires du groupe augmente de 12% par rapport au premier semestre l’année dernière, et atteint 454 millions d’euros (17% de l’activité). Autre bon résultat, la capacité d’autofinancement atteint un niveau record à 527 millions d’euros (+8%).

Au service de l'Ile-de-France

Pierre Mongin a insisté sur l’amélioration et la modernisation du service en Ile-de-France. La RATP a poursuivi sa politique forte d’investissement. 589 millions d’euros au premier semestre. Le montant devrait atteindre 1,5 milliard sur l’année 2014. La RATP rénove le matériel roulant (nouvelles rames dans le RER A et B), et multiplie les chantiers : rénovations des lignes 1,6, 7, 9 et 10 du métro, A et B du RER ; trois prolongements de lignes de métros en même temps… Surtout, la RATP a augmenté son offre avec les mises en service des lignes de tramway T2 et T5, et le redéploiement des bus de ces lignes pour couvrir de nouvelles zones géographiques, notamment les quartiers enclavés. "Nous allons chercher les gens au-delà des lignes de tramway", a expliqué Pierre Mongin. Son p-dg souhaite appliquer la même politique pour la future rocade de métro, et annoncé qu’il allait installer, dans quelques semaines, un groupe de travail avec le Stif.

Résultat, la RATP enregistre une augmentation du trafic voyageurs de 3,2%, soit 51,1 millions de voyages supplémentaires portés par cette nouvelle offre (+30% de fréquentation dans le tramway) et la politique tarifaire du Stif : augmentation de l’offre sans augmentation des prix, extension du dézonage et "une tarification sociale unique au monde à ce niveau de générosité" - 700 000 personnes (+4,6% au premier semestre 2014) dont 50% bénéficient des transports gratuits,  les autres paient moitié prix. Du coup, les recettes commerciales sont en baisse de 1,1% au premier semestre 2014 compensées par le Stif qui prend à sa charge le risque tarifaire.

L’international au beau fixe

Au premier semestre 2014, sa filiale, RATP Dev, a réalisé 437 millions d’euros de chiffre d’affaires dont les deux-tiers à l’international. Avec l’acquisition de London Sovereign – 12 lignes et 140 bus, le Royaume-Uni représente 35% de son activité, suivi de la France (34%) ; l’Afrique (14%). Au premier semestre, la RATP a mis en service son premier tramway aux Etats-Unis (Tuscon, Arizona) et a lancé deux lignes de bus touristique à New York. En Inde, elle a mis en route, avec Transdev, la première ligne de métro de Mumbai. Enfin, RATP Dev a remporté, avec Saptco, le contrat du futur réseau de bus à Riyad en Arabie Saoudite (1,6 milliard d’euros).

Le groupe a de fortes ambitions à l’international. "Nous voulons devenir le leader mondial de la gestion de tramway, a déclaré Pierre Mongin. Nous avons trois atouts pour y parvenir : nous sommes déjà le leader mondial du métro automatique. Avec bientôt un réseau de 100 kilomètres de tramway, nous avons acquis rapidement un savoir-faire. Et nous savons gérer l’intermodalité. Un argument pour des villes comme Riyad qui réfléchissent à mettre en place un métro." Prochains marchés visés ? Pierre Mongin a lâché qu’il s’intéresse au Portugal... Porto a annoncé récemment le lancement d’un appel d’offres pour l’exploitation de son réseau de transport.

Les défis de monsieur Mongin

Amélioration du service en Ile-de-France, développement à l’international et ambition de devenir le leader mondial du tramway. Autre défi de taille, Pierre Mongin espère rafler la mise dans les prochains appels d’offres pour le Grand Paris. Déjà gestionnaire du réseau, et exploitant des lignes 11 et 14, la RATP prépare sa candidature à l’exploitation des futures lignes. "Nous transformons la RATP pour la préparer à la concurrence. Nous voulons être meilleurs que les autres." Le Premier ministre, Manuel Valls, a donné des garanties sur le financement. S’agissant de la partie technique, Pierre Mongin a présenté la RATP comme "un expert facilitateur" des projets de la Société du Grand Paris (SGP) : "Nous sommes à la disposition de la SGP. Nous sommes prêts à aller plus vite."

Denier défi, devenir une référence en matière de développement durable. "Nous voulons jouer un rôle de leadership au niveaux mondial", a expliqué Pierre Mongin. Le plan bus 2025 prévoit que le réseau de bus de la RATP sera 100% vert. Des partenariats ont d’ores et déjà été signés avec GDF Suez et EDF pour développer des filière bus au gaz renouvelable et bus électriques. Déjà 50 véhicules hybrides sont en circulation et 250 supplémentaires ont été commandés. Répondant à une question de MobiliCités, Pierre Mongin est resté vague sur la ligne de bus 100% électrique qui devait être mise en service mi-2015 suite à l'accord d'entre deux tours des municipales entre le PS et EELV. Il a indiqué que la régie allait tester des bus électriques sans plus de précisions. Pierre Mongin a en ligne de mire, la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra en décembre 2015 à Paris, ce sera l’occasion pour la RATP de faire montre de son savoir-faire.