Le Transport est le premier secteur à avoir signé ce plan pour la mixité des métiers. C’est aussi un secteur où les femmes sont traditionnellement peu présentes, surtout dans les métiers de la conduite où elle représentent à peine 10% des postes, toutes branches confondues. Le chiffre monte à 23% des effectifs dans le transport de voyageurs et 16,3% dans l’urbain. C’est pourquoi, l’Etat à travers le ministère des Droits des femmes et le secrétaire d’Etat aux Transports, mais aussi l’OPCA-Transports, Pôle Emploi et huit fédérations professionnelles représentant le transport - urbain, voyageurs, marchandises et maritime, ont signé un plan sectoriel pour la mixité des métiers.

Les huit fédérations professionnelles signataires dont l’UTP et la FNTV (1), et l’OPCA Transports s’engagent à mener des actions de sensibilisation auprès des entreprises adhérentes en faveur de l’égalité professionnelle et à sensibiliser les organismes partenaires, Education nationale et Pôle emploi, à la démarche de mixité et d’égalité.

Un comité de pilotage

Le présent plan est conclu pour une durée de trois ans. Le suivi de ce plan d’action est assuré par un comité de pilotage associant l’ensemble des signataires. Il donnera lieu à une évaluation des conventions de mixité signées en territoire avec les Directions régionales aux droits des femmes (DRDFE) et à la mesure de la progression des actions menées dans les différentes régions dans la continuité du plan.

Concrètement, ce plan consistera à promouvoir la mixité des métiers du transport tout au long de la vie et du parcours professionnel. Dès l’orientation, les fédérations signataires et l’OPCA-Transports s'engagent, notamment, à participer à la promotion des métiers du transport auprès des jeunes filles et jeunes garçons en particulier dans les collèges. Elles sensibiliseront, aussi, Pôle Emploi et les missions locales en les invitant aux réunions collectives "métiers" et aux journées portes ouvertes des organismes de formation. Les fédérations signataires s'engagent, également, à mettre en oeuvre des actions de communication pour valoriser et promouvoir les mesures en faveur de l’égalité professionnelle dans les entreprises adhérentes. Ces mesures portent sur le recrutement, l’accueil et l’accompagnement des femmes afin de faciliter leur intégration. Ainsi, les signataires mèneront, en particulier, une réflexion sur les conditions d'accueil qui permettra d'établir de bonnes pratiques, puis de les diffuser aux entreprises sous forme d'un kit égalité.

Le soutien de Pôle emploi

De leur côté, Pôle emploi, les missions locales et Cap emploi s’engagent, notamment, à proposer les offres auprès des candidats des deux sexes. De plus, pour chaque offre, Pôle emploi s’engage à chaque fois que cela est possible à promouvoir auprès des entreprises, l’ouverture à des candidats des deux sexes.Le plan sectoriel précise que Pôle emploi pourra mobiliser l’ensemble de ses prestations, et notamment les actions de formation préalables au recrutement, les préparations opérationnelles à l’emploi, individuelles et collectives, ainsi que le plan de formation prioritaire.

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, s’est donnée pour objectif qu’à l’horizon 2025, un tiers des métiers deviennent mixtes, c’est-dire comptant au moins 40% du 2e sexe dans ses effectifs, contre seulement 12% aujourd’hui. C’est, pour la ministre, non seulement une question de choix de carrière et d’égalité professionnelle, mais aussi un enjeu de croissance, de compétitivité et d’emploi.

(1) Les huit fédérations professionnelles signataires sont : l'UTP (Union des transports publics et ferroviaires), la FNTV (Fédération nationale des transports de voyageurs), la FNTR (Fédération nationale des transports routiers), TLF (Union des entreprises de transport et de logistique), Otre (Organisation des transporteurs routiers européens), Unostra (Union nationale des organisations syndicales des transports routiers automobiles), Armateurs de France et Le déménageur spécialisé