Après deux heures de TGV depuis Paris, Antoine arrive à Lyon pour enchainer plusieurs rendez-vous professionnels. Plutôt que de prendre un taxi ou un bus, il se rend dans le parking sous-terrain de la gare et se dirige vers la station « Wattmobile » située au premier sous-sol. Cette station totalement automatisée lui permet de louer, pour quelques heures, un petit véhicule électrique de type Renault Twizy. Il va, ainsi, pouvoir se faufiler dans les rues de la capitale de la région Rhône-Alpes. Une fois ses rendez-vous terminés, il ramène le véhicule à la station et reprend son train pour Paris.
 
Tel est le principe du "premier réseau national de véhicules électriques en libre-service aux abords des gares" inauguré ce 19 juin 2014. Proposé par la société Wattmobile, il est pour l’instant disponible dans quatre gares : Paris Gare de Lyon, Marseille Saint-Charles, Lille Flandres et Lyon Part-Dieu. "Dès la fin de l’année, nos stations seront déployées dans les 20 principales gares françaises", indique David Lainé, président de Wattmobile. Deux stations sont déjà en cours d’installation à Paris (Montparnasse et Gare de l’Est). Début 2015, l'aéroport de Nice devrait suivre. Des stations seront également déployées à Grenoble, Bordeaux, Toulouse, Rennes, Avignon, Valence, Nantes, Strasbourg et Aix. L'entreprise table, au total, sur une centaine de stations en France à fin 2016.
 

Un service pour les pros
 

Créée en 2010, cette PME des Bouches-du-Rhône s'est positionnée sur le marché du B to B. "Ce service s’adresse aux professionnels qui se déplacent régulièrement par le train et ont des rendez-vous en centre-ville. Près de 90% des pros se déplacent seuls et 78% d’entre eux cumulent plusieurs rendez-vous dans la journée. Nos véhicules compacts sont donc totalement adaptés à leurs besoins et leur permettent de gagner du temps en milieu urbain", poursuit David Lainé.
 
Concrètement, chaque station Wattmobile propose de 7 à 10 véhicules. Il s’agit du quadricycle urbain Twizy de Renault et de scooters E-Vivacity de Peugeot. Pour les louer, l’utilisateur doit d’abord s’abonner au service. Il en coûte 18 euros TTC par mois. Une fois inscrit, le conducteur reçoit, par courrier, un badge électronique. Il peut effectuer une réservation à l’avance par internet ou sur smartphone. Une fois à la station, l’utilisateur utilise son badge pour démarrer le véhicule. Aucun agent n’est présent dans la station qui est totalement automatisée. Le service client est accessible par téléphone.
 
La location coûte 9,60 euros de l’heure pour le Renault Twizy, et 7,20 euros pour l’E-Vivacity. Les véhicules comme le conducteur sont assurés durant le temps de location via un partenariat avec La Mutuelle des Motards. En cas de d’accident ou de panne, le service client Wattmobile peut envoyer un taxi de substitution. "Nos véhicules sont géolocalisés et diagnostiqués à distance toutes les trois minutes par réseau mobile. Nous pouvons donc être très réactifs en cas d’incident. Dans le cas de la perte d’un badge, nous pouvons même redémarrer le véhicule à distance", souligne David Lainé.
 

La SNCF investi dans Wattmobile
 

Wattmobile emploie aujourd’hui huit personnes à Venelles en région Rhône-Alpes. Après une première levée de fonds de 400 000 euros en 2012, cette PME a réalisé un deuxième tour de table le 22 mai 2014. Le montant de l’opération atteint cette fois le million d’euros. Le principal investisseur est le français Full Charger, spécialisé dans la fourniture de bornes de recharge électrique.
 
"Des financements complémentaires proviennent également du Crédit Coopératif, de Total Développement, d’EADS Développement et de SNCF Développement, la filiale de développement économique et de soutien à l'entreprenariat de la SNCF", indique Wattmobile. La compagnie ferroviaire s’intéresse à Wattmobile dans le cadre du développement de ses services porte à porte. Enfin, la PME venelloise possède également un partenariat avec EFFIA Stationnement pour implanter les stations dans ses parkings.
 
"Notre objectif est ensuite d’étendre notre réseau à un maximum de gares en France mais aussi à d’autres pays d’Europe", conclut David Lainé. Londres, Bruxelles, Amsterdam ou encore Genève figurent parmi les villes où Wattmobile pourrait prochainement proposer ses services.
 
Christophe Guillemin