La mise en œuvre de l'ecotaxe poids lourds, rebaptisée écoredevance par la commission Chanteguet est "la condition fondamentale notamment au financement de l'appel à projets "transports collectifs et mobilité durable" que l'Etat s'est engagé à cofinancer à hauteure de 450 millions d'euros", alertent les élus dans leur motion. Sans cette manne financière ce sont quelques 122 projets de transport collectifs (tramway, téléphérique, bus..) présentés par 78 collectivités et concernant 14 millions d'habitants qui seront compromis.

"Le produit de l'écoredevance était également destiné à financer les contrats de projets Etats-régions qui conditionnent largement les politiques régionales des infrastructures de déplacement" souligne le Gart qui regroupe des élus de toutes sensibilités politiques et de tous niveaux de collectivités territoriales.

Ils soulignent également le risque que ce recul pourrait avoir sur l'emploi : "le financement pérenne que représente l'écoredevance pour les collectivités est d'autant plus nécessaire que son produit est réinjecté dans l'économie de notre pays. En cela, elle est donc un vecteur de croissance économique et d'attractivité pour la France, pour nos infrastructures et est génératrice d'emplois non-délocalisables."

Robert Viennet