La réalisation d'une ligne ferroviaire nouvelle entre Marseille, Toulon et Nice et une des rescapés de la commission mobilité 21 qui avait dans son rapport de juin 2013 recalé la plupart des projets de nouvelles lignes TGV (dont la LGV Paca), privilégiant la modernisation des réseaux existants.

Frédéric Cuvillier, secrétaire d'état aux transports, a arrêté le fuseau de passage et décidé d'accélérer les études afin d'obtenir une déclaration d'utilité publique en 2017.

Il s'agit de construire des voies nouvelles à chacune des extrémités de la ligne actuelle saturée :

  • A l'ouest, une traversée souterraine de Marseille, comprenant une nouvelle gare souterraine au niveau de l'actuelle gare Saint-Charles, doit être construite, ainsi qu'une quatrième voie entre Marseille et Aubagne. "Ces aménagements doivent permettre de désaturer le noeud ferroviaire marseillais avec un objectif de doublement des capacités ferroviaires régionales et une fiabilisation de l'exploitation", précise le secrétariat d'État dans un communiqué.
    A l'est, une ligne nouvelle doit être créée, entre la future gare nouvelle Nice-Aéroport, et la ligne ferroviaire Cannes-Grasse. Elle devrait "proposer une boucle TER desservant l'ouest du département des Alpes-Maritimes, permettant l'accroissement des dessertes régionales notamment pour le pôle de Sophia-Antipolis et l'organisation de missions TER jusqu'à Monaco et Vintimille".

Le tracé de ces voies doit être défini dans le courant de l'année 2016.

Robert Viennet (avec AFP)