"Ce contrat constitue l'un des plus importants de notre histoire", se félicite la filiale de la RATP et de la SNCF. Le 19 mars 2014, Systra a remporté le contrat "Système" pour la réalisation de la phase 1 du métro automatique de Doha au Qatar. Montant de l'opération, 170 millions d'euros.
"Ce contrat comprend la revue de la conception, la supervision de la réalisation et des essais, le suivi de la phase de garantie", précise l'entreprise d'ingénierie, qui s'est associé à l'Américain Parsons pour remporter le contrat. Systra interviendra plus particulièrement en tant que bureau d'études pour la signalisation du futur métro, ainsi que pour les systèmes de conduite automatique, du matériel roulant et des dépôts.
"Les premiers pré-tests auront lieu en 2017", précise l'ingénieriste. La date de mise en service du métro de Doha est prévue pour octobre 2019. La phase 1 porte sur la réalisation d'un réseau de 85 kilomètres, dont 55 en tunnel, intégrant 37 stations. La phase 2, qui doit être bouclée en 2026, étendra le réseau à 200 kilomètres et une centaine de stations. Le budget total du projet devrait avoisiner les 15 milliards d'euros.
Ce réseau reliera la capitale du Qatar à des points névralgiques comme l'aéroport, le palais des expositions et bien entendu les stades qui recevront les matchs de la coupe du monde de football en 2022. Il sera composé de quatre lignes à vocation à la fois urbaine et interurbaine, destinées à devenir par la suite l'épine dorsale du réseau ferroviaire du pays.
Christophe Guillemin