"Le parking doit être un lieu où l'on peut composer sa mobilité, il doit être connecté à son environnement", disait Serge Clemente, patron de Vinci Park, dans une interview à MobiliCités fin 2012. Connectés, les parkings du numéro 1 du stationnement (460 000 places en France dont 60 000 à Paris) vont l'être au sens propre.

Vinci signe en effet fin mars 2014 un accord avec la filiale d'EDF Sodetrel qui prévoit d'équiper 50% des parkings des grandes villes de France d'ici à fin 2014", indique un communiqué du 24 mars. Car l'un des nerfs de la guerre de la miobilité électrqiue, voitures particulières et services de voitures en libre-service type Autolib', c'est de pouvoir recharger ses batteries sur la voie publique (mais en ville, l'espace est compté) et dans les parkings.
Mais pendant longtemps, s'est posé un problème de sécurité des bornes de recharge des batteries électriques dans un espace souterrains et confiné. A priori, il est est réglé, mais restaient quelques freins technologiques. Par exemple, comment reconnaître une voiture Autolib' d'un autre véhicule, et lui donner des moyens d'accès au parking sans ticket de stationnement payant ?
A Paris, par exemple, une petite vingtaine de parkings sont équipés de blocs de six places, pourront accueillir des Autolib'.

Désir d'électricité, mais peu de bornes de recharge rapide dans les rues

Le partenariat entre Vinci Park et lEDF va permettre de donner un coup d'accélérateur à la voiture électrique en facilitant la recharge rapide et en libre-service en ville ? "Pour l’utilisateur, la solution est simple, promettent les deux partenaires dans leur communiqué : il suffit de quelques minutes pour créer un compte sur vincipark.com ou sur l’application MyVINCIPark. Pour ensuite localiser les bornes disponibles, créditer son compte au gré de ses besoins et suivre ses consommations. Un badge VINCI Park-KiWhi Pass reconnu par la borne permet d’enclencher et de stopper le rechargement", expliquent-ils.

Car si "Le désir de voitures électriques s'installe chez les Français (820 unités vendues depuis janvier 2014, environ 9 000 en 2013, tirées par la Renault Zoé, NDLR), reste la question du rechargement", pour reprendre le constat du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, devant l'Association des Maires de France qui organisait fin mai 2013 un colloque sur le sujet.

Nathalie Arensonas