Calculer un trajet entre Paris et Lyon en intégrant le métro parisien, le TGV, le tramway lyonnais, ou bien le covoiturage, l’autopartage ou encore le taxi, le vélo en libre-service et la marche à pied. Voilà ce que devrait permettre le futur "calculateur d’itinéraire national multimodal" promis pour 2015. Un service qui doit être proposé sur le web, mais aussi avec des applications smartphones.

Le ministre délégué aux Transports doit l'annoncer le 11 février à l'occasion de la journée "Mobilité 2.0" organisé à Versailles Satory, à l'Institut français des sciences et technologies des transports (Ifsttar lire l'encadré ci-dessous). "Ce calculateur doit être capable de fournir des feuilles de route pour des déplacements multimodaux (utilisant plusieurs modes de transport) sur de longues distances.
Le voyageur se verrait par exemple proposer un trajet en bus jusqu'à la gare, puis en train, en métro et à pied ou en taxi pour se rendre d'une adresse à une autre, précisent les conseillers techniques de Frédéric Cuvillier. Sans préciser si les VTC qui font l'actualité seraient dans la boucle...

Ce projet doit démarrer en mars 2014, sous la conduite de l’Agence française pour l’information multimodale et la billettique (Afimb). Opérationnelle depuis début 2011, cette agence gouvernementale est chargée "d’encourager le développement de services d’information destinés aux usagers en prenant en compte l’ensemble des modes de transport".
Le projet de calculateur est également mené en collaboration avec le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) et l'Association des régions de France (ARF).

Après un rapport technique et budgétaire attendu pour fin 2014, l'Afimb doit identifier quels modes de transport seront pris en compte par le calculateur. Outre les transports terrestres, "il n'est pas exclu que les trajets en avion ou en bateau en fassent partie. L'idée est de proposer un maximum de modes de transport", explique-t-on au ministère.

L'appel d'offre pour choisir l'entreprise ou le consortium qui développera le futur calculateur doit être lancé fin 2014 ou début 2015. "Les opérateurs de transport dont la SNCF ou la RATP sont bien évidemment appelés à participer au projet", indique-t-on au ministère.

Contrer Google

Des PME spécialisées dans les nouvelles technologies sont déjà sur les rangs. C'est le cas de Moviken qui propose une solution de calculateur multimodal national en marque blanche pour de grandes entreprises comme Vinci Park ou Citroën. Sa solution est la d'ailleurs la base du service Citroën Multicity qui propose de calculer des iinéraires multimodaux sur plus de 400 réseaux de transports en France, avion y compris.

"C'est une bonne nouvelle que la puissance publique cherche à aider le développement de solutions d'itinéraire en porte à porte. Fort de nos réalisations, nous avons naturellement un rôle à jouer dans ce projet", commente Jean-Claude Degand, pdg de Moviken.

"Il y a un pavillon français à défendre face à Google", poursuit-il. Car le géant américain du web a développé depuis 2005 le service "Google Transit" : il propose le calcul d'itinéraire multimodal sur plus de 500 grandes villes et régions dans le monde, dont Paris, Bordeaux ou Nice. Ce service est encore loin de couvrir tout l'Hexagone, mais chaque année, de nouvelles villes sont ajoutées et Google Transit pourrait bien à terme, proposer le calcul multimodal sur toute la France.

A l'heure de la défense du "made in France", le gouvernement préfèrerait bien sûr que le premier calculateur multimodal national soit proposé au grand public par des acteurs hexagonaux. Dans un communiqué commun, le Groupement des autorités responsables des transports (Gart) et l’Association des régions de France (ARF) "considèrent que le calculateur d’itinéraire national devra s’appuyer sur les calculateurs d’itinéraire régionaux et départementaux déjà mis en place par les collectivités locales  et qui couvrent plus de 80 % du territoire".

Christophe Guillemin