En plein milieu du conflit entre taxis et sociétés de VTC, Uber, née en mars 2009 à San Francisco et lancé en décembre 2011 à Paris, indique qu'il sélectionnera les particuliers qui feront office de chauffeurs en fonction de différents critères : "21 ans minimum, permis B depuis 3 ans minimum, extrait de casier judiciaire vierge". Les conducteurs seront mis en relation avec les utilisateurs via l'application mobile Uber.

Baptisé UberPOP et déjà disponible aux Etats-Unis, ce nouveau service, qui se positionne sur le créneau du covoiturage de proximité, intervient alors que les entreprises de VTC, dont Uber, ont engagé un bras de fer avec les taxis de  la région parisienne qui s'estiment victime d'une concurrence "déloyale".

Plusieurs manifestations de chauffeurs de taxis ont déjà eu lieu à Paris et en province.

Le Conseil d'Etat doit se prononcera incessament sur un décret des ministères du Commerce et de l'Intérieur, contesté par les
sociétés de VTC, qui leur impose des contraintes à la réservation qu'elles estiment trop favorables aux taxis.

Côté tarifs, Uber, qui affirme être disponible depuis février 2014 dans 74 villes dans le monde, précise que ce service de covoiturage de proximité aura un prix minimum de "4 euros" par trajet. Au-delà, la minute sera facturée 35 centimes et le kilomètre 80 centimes.

(AFP)