En prolongeant de quatre kilomètres la ligne 1 du tramway, Toulouse Métropole renforce le maillage de son réseau de transport en commun. Avec six stations, le tram Garonne dessert des secteurs éloignés du métro et particulièrement denses, avec 34 000 habitants et 16 000 emplois.

"Des équipements publics de première importance seront ainsi desservis", indique Pierre Cohen, président de la communauté urbaine de Toulouse et de la régie Tisséo-SMTC. Ce sera le cas pour six lycées et sept collèges, mais aussi pour l’institut de formation des maitres (IUFM), le Stadium, la piscine municipale, le Palais de Justice ou le Jardin des Plantes.

Cette extension assure également une connexion entre les lignes A et B du métro aux stations Arènes et Palais de Justice. "Pendant la dernière décennie, le réseau s’est organisé en étoile autour du métro. Aujourd’hui, notre plan de déplacement urbain prévoit d’ajouter de nouveaux modes de transport avec des liaisons performantes vers le centre mais également de périphérie à périphérie", précise l’élu.

Coût du tram Garonne, 115 millions d’euros vace l'objectif de gagner 30 000 voyages par jour sur la ligne 1.

 

L’Envol en 2015

"Le développement du tramway et des bus en site propre est l’occasion de rééquilibrer l’espace urbain et de renforcer la place accordée aux modes doux", poursuit Pierre Cohen. La prochaine étape se fera avec la ligne Envol, prévue pour 2015.
Elle permettra d’accéder directement à l’aéroport, fréquenté chaque année par près de huit millions de voyageurs. Ce sera aussi et surtout un moyen de desservir efficacement la zone aéroportuaire qui emploie 14 000 salariés.

"En 2020, le réseau de tramway évoluera sur 26 kilomètres", rappelle l’élu. D’ores et déjà, la collectivité locale a lancé les études pour la ligne Canal. Elle doit prolonger le tramway Garonne à partir de la station Palais de Justice et se reconnectera à la ligne T1 en passant par la gare Matabiau. "Nous aurons alors achevé la boucle autour du centre-ville et nous pourrons enfin proposer une liaison directe entre la gare et l’aéroport", indique Pierre Cohen.

Christine Cabiron La  suivre sur Twitter