Un accord-cadre avait été signé fin 2012 entre la Société du Grand Paris (SGP) et la Région Ile-de-France fixant la répartition des coûts d'extension de la ligne 14 : 1,4 milliard d'euros auquel Paris, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis participent aussi.

Un avenant a donc été adopté fin novembre 2013 pour entériner la plus grande participation de la SGP (55% au lieu de 30%) dans le financement de ce projet qui va désaturer la ligne 13 du métro parisien.
Cela fait suite à la décision de Jean-Marc Ayrault, en mars 2013, d'utiliser une partie des fonds de la SGP, initialement dédiés uniquement au futur métro automatique Grand Paris Express, à l'amélioration des transports existants.

Le prolongement de la ligne 14 entre Saint-Lazare et la Mairie de Saint-Ouen représente 5,8 kilomètres de voies nouvelles souterraines et quatre stations, selon un communiqué de la SGP.

Cette séance du conseil de surveillance avait aussi pour objet l'adoption du budget 2014, qui s'est fait à l'unanimité. Un budget prévisionnel de 512,2 millions d'euros traduit la montée en puissance de l'activité de la SGP (145,2 millions d'euros en 2013 contre 77,4 en 2012). La SGP prévoit 512,2 millions de dépenses, dont 303,2 millions en fonctionnement et 209 millions en investissement (acquisitions foncières sur le tracé du métro Grand Paris Express, études de maîtrise d'œuvre et d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour les premier tronçons de ce futur métro).

Les recettes prévues en 2014 s'élèvent à 529,7 millions issues de ressources fiscales dédiées, dont 60 millions millions au titre de la taxe spéciale d'équipement.

N.A. (avec AFP)