Trois ans de travaux et 222 millions d'euros d'investissement auront été nécessaires pour prolonger de 1,8 kilomètre la ligne B du métro lyonnais jusqu'à Oullins. Ce prolongement a été opéré au départ de la station Stade de Gerland, située sur la rive gauche du Rhône.
Pour franchir le fleuve, un tunnel de 1,4 kilomètre a été construit à 35 mètres de profondeur. "Le prolongement du métro B s'inscrit dans une politique de maillage du territoire en transport collectif", précise Bernard Rivalta, président du Sytral.

Cette extension contribue également à réduire les temps de parcours entre le sud-ouest lyonnais, jusque-là un peu "coupé" du centre névralgique de Lyon. "Il y a dix ans, 60% des déplacements étaient à destination de la presqu'île, tandis que 40% se faisaient à destination du quartier de la Part Dieu. Aujourd'hui, c'est l'inverse", indique Bernard Rivalta, président du Sytral. D'où la nécessité d'adapter le réseau urbain aux nouveaux flux de déplacement.


Automatisation en 2015

Pour assurer la connexion entre les modes de transport collectif, un pôle d'échanges multimodal regroupant TER, bus, métro et parc relais, a été aménagé à Oullins. Actuellement, la ligne B transporte 157 700 voyageurs par jour. Cette nouvelle extension devrait accroître ce trafic de 25 000 usagers supplémentaires. D'ores et déjà, il est envisagé de prolonger cette ligne une quatrième fois d'environ 3 km en direction du périphérique ouest. Projet qui pourrait voir le jour aux alentours de 2020, 2022. "Le sud ouest de l'agglomération bénéficiera alors d'une desserte beaucoup plus ambitieuse".

En attendant, le Sytral a prévu d'automatiser cette ligne dans l'objectif d'accroître sa performance. "Nous gagnerons en cadence et en régularité", affirme Bernard Rivalta. Un projet chiffré entre 200 et 300 millions d'euros et programmé pour 2015. "Nous avons déjà investi 60 millions dans l'approche de l'automatisation des contacts".

Christine Cabiron La suivre sur twitter