Ce système est censé solliciter modérément le réseau électrique : la recharge rapide nécessite en effet une puissance de 50 kW. Mais la borne ne tire que 30 kW sur le réseau électrique. Pour le complément, elle puise son énergie dans une unité de stockage interne rechargée en dehors de son utilisation par l’automobiliste.

"Grâce à ce système de stockage local d'énergie, seuls 20% de la charge sont fournis par le réseau, ce qui permet de limiter les pics de consommation", indique Toulouse Métropole.

Reste que le prix de ces bornes est élevé :  40 000 à 50 000 euros, contre 25 000 euros en moyenne pour une borne de recharge rapide classique. Mais ce système présente l’avantage de fonctionner avec un abonnement de 36 kW d’EDF.
"La différence d’abonnement avec le tarif jaune finance le coût de la borne en dix ans", assure Didier Beaulieu, responsable des avant-projets du groupe Cahors, interrogé par La Dépêche du Midi.
Les utilisateurs doivent bien entendu payer un supplément pour faire ce "plein rapide" : é 6 euros contre environ 2 euros pour une recharge standard.

R.V