Après la ligne 1 (La Défense-Château de Vincennes) entièrement automatique depuis décembre 2012, c’est donc au tour de la ligne 4 du métro parisien de suivre la même voie. Cette automatisation permettra d’augmenter "la capacité de la ligne, sa régularité et sa qualité de service", selon un communiqué de la RATP.
Les premiers retours d’expérience de la ligne 1 toute automatique montrent que la ponctualité en heure de pointe a atteint 98,7% début 2013 alors que la performance moyenne du réseau est de 95,8%, souligne-t-on au Stif.

Ponctuée de 27 stations, la ligne 4 relie Porte de Clignancourt à Mairie de Montrouge et, à terme, doit être prolongée à Bagneux pour arriver au contact de la future ligne 15 de la rocade du grand Paris, transporte 740 000 voyageurs par jour. Ce qui en fait la deuxieme ligne la plus fréquentée du métro. Elle présente des caractéristiques techniques proches de la ligne 1 avant son automatisation et devait bénéficier d’une modernisation de ses infrastructures.


Les rames de la 14 sur la 4

Par ailleurs, elle récupérera les rames de six voitures de la ligne 14 qui, dans le cadre du prolongement jusqu'à Mairie de Saint-Ouen, doivent récuperer des rames de huit voitures.

Le coût de cette automatisation, qui se fera comme pour la ligne 1 sans arrêt de l’exploitation (une première) est estimé à 256 millions d’euros, financés par le Stif à hauteur de 100 millions d’euros apportés à la RATP, maître d’ouvrage de ce projet.

Robert Viennet