Guillaume Pepy ne pouvait pas laisser filer l'occasion d'avoir une trentaine de journalistes sous la main, en séminaire de presse mi-octobre à Lyon, pour s'exprimer "pour la première fois depuis la mission confiée à Jean-Paul Bailly", sur le sulfureux dossier de l'ouverture des commerces le dimanche.
Le président de la société ferroviaire, dont la branche Gares & Connexions encaisse 130 millions d'euros annuels avec les redevances des commerces, "suggère que les 130 gares nationales (celles qui ont le plus fort trafic) bénéficient de la même dérogation permanente que celle accordée aux aéroports".

L'ancien directeur de la Poste, Jean-Paul Bailly s'est vu confier par le gouvernement une mission de concertation pour démêler les incohérences dans le désordre absolu de dérogations accordées à certaines enseignes et certaines zones plutôt qu'à d'autres. Et il doit rendre ses conclusions fin novembre 2013.


Poussettes Mac Laren

"Quand on prend son avion pour Marrakech le week-end, on a le droit aux commerces, quand on va travailler à l'hôpital Fernand Widal (près de la gare Paris-Nord, ndlr), on a droit à rien parce que tout est fermé dans la gare et autour", poursuit Guillaume Pepy. L'argument de la SNCF, c'est que les zones autour de la gare seraient plus animées le dimanche si les boutiques restaient ouvertes en gares, le jour du repos légal hebdomadaire. 

"Un jour par semaine, la gare est morte et une gare où les commerces sont fermés, c'est le sentiment de sécurité des voyageurs qui recule", reprend Rachel Picard. Sur la lancée de Sylvie Boissard, la nouvelle patronne des 3 000 gares et haltes ferroviaires SNCF tente de révolutionner l'esprit, les services et les commerces en gares. Quitte à en transformer certaines en centres commerciaux : la gare Saint-Lazare en est l'illustration.
Et avec l'arrivée de Burger King qui signe fin décembre 2013 son retour en France, St Lazare ne risque pas d'être morte le dimanche, en tout cas les premières semaines de ce "revival". "A Saint-Lazare, 95% des gens qui achètent dans l'enceinte de la gare sont des voyageurs, avance Rachel Picard, réfutant l'idée que contrairement aux aéroports où les commerces sont accessibles aux seuls voyageurs, dans les gares il en serait autrement. "Non, accorder ce privilège aux gares ne serait pas un privilège exhorbitant", juge-t-elle.

"Le dimanche dans le Marais, vous croisez des bobos avec leurs poussettes Mac Laren qui font du lêche-vitrine devant les magasins ouverts le dimanche", fustige Guillaume Pepy. Les enseignes de ce quartier parisien du 4e arrondissement bénéficient en effet d'une dérogation parce qu'elles sont installées dans un périmètre d'usage de consommation exceptionnel (Puce), du fait de la présence de musées. Notamment le musée Picasso, fermé pour travaux jusqu'au printemps 2014.

Interrogé sur l'opportunité d'ouvrir les commerces à Lyon-Part-Dieu, alors qu'il présentait le projet de restructuration de la 4e gare française en terme de trafic, le maire Gérard Collomb a préféré botter en touche : "Je ne veux pas entrer dans cette polémique, c'est au gouvernement d'en décider", nous a répondu l'élu. Pas de vagues à quelques mois des municipales.

Nathalie Arensonas