Au départ, il s'agissait de désensabler le Mont-Saint-Michel en construisant un parking et une système de navettes, les Passeurs, pour acheminer les touristes sur l'un des sites  les plus visités de France (2,5 millions visisteurs par an). Le contrat de délégation de service public avait été confié au groupe Transdev.

Mais à 12 euros la journée le tarif de stationnement depuis le 3 juin 2013, contre 8,50 euros, la colère gronde : chez les salariés, les résidents et à la mairie. Cette hausse risque de décourager les touristes, selon Eric Vannier, maire du Mont-Saint-Michel, et patron des Etablissements Poulard.

"Pour le conseil municipal, comme pour les Montois, salariés, acteurs économiques et associations regroupés au sein du collectif du Mont-Saint-Michel, le récent avenant fait un gagnant, Transdev, et un perdant, le Mont-Saint-Michel, ses visiteurs et ses usagers", écrit l'élu dans un communiqué. Il demande à Laurent Beauvais, président du Syndicat Mixte Baie du Mont Saint Michel, de "programmer une réunion de bilan sur l'efficacité du nouveau dispositif dès septembre."


Un kilomètre à pied, ça use, ça use...

De son côté, dans un communiqué du 7 juin, Transdev affirme que cette hausse est liée au nouvel aménagement du circuit des navettes, à la demande des touristes et des employés du site. En effet, après la première mise en service du parking d'accès au Mont, au printemps avril 2012, les visiteurs et les autorités locales l'avaient jugé trop éloigné : il imposait une marche de 900 mètres pour les visiteurs.

"Transdev a accepté de répondre favorablement à ces attentes et a signé avec le syndicat mixte un avenant à son contrat initial. Le transporteur a mis en place un départ des navettes depuis le parking, réduisant la marche à pied. Mais il reste toujours 400 mètres à parcourir pour accéder au site touristique. "Après l'achèvement des travaux d'aménagement de l'accès au mont, au printemps 2014, cette distance sera réduite à 290 mètres par la mise en service de la passerelle", promet le groupe.

"Ce service supplémentaire a généré de nouveaux investissements assurés au deux-tiers par Transdev. L’avenant a prévu de couvrir les coûts du service supplémentaire et des investissements par une modification des tarifs du service parking plus transport, les laissant néanmoins à un niveau comparable à celui des autres grands sites touristiques", se justifie le groupe qui précise avoir mis en place, en complément, un service quotidien de navettes hippomobiles, les Maringotes.



Depuis le 3 juin, un collectif ouvre l'accès au parking, offrant aux visiteurs la gratuité du stationnement, et gènant la circulation des navettes. Selon le quotidien La Manche Libre, Transdev aurait donc déposé un recours judiciaire. Dans son communiqué, le transporteur confirme qu'il "se réserve la possibilité d'engager les recours nécessaires afin de permettre la libre circulation de chacun".

Nathalie Arensonas