La Fub qui regroupe 180 associations d’usagers du vélo a décerné ce prix symbolique à l'agglomération tourangelle pour la requalification du pont Wilson, dans le cadre de la construction de la première ligne de tramway qui doit être inaugurée en septembre 2013.
Ce pont sur la Loire ne sera plus accessible aux voitures que dans un sens, les cyclistes partageant avec les piétons un espace de 4,20 mètres de large. Le tramway dispose, lui, d'une voie réservée.
Les cyclistes ont eu chaud, le tramway avait failli les chasser du pont ! En 2010, la commission d'enquête d'utilité publique recommandait en effet de ne pas mêler la circulation des vélos à celle des voitures. Finalement, il n'y aura plus d'autos.

"Bien qu’il reste encore beaucoup à faire pour le vélo, Tours a profondément changé depuis trois ans : piétonisation de la rue Nationale, requalification de la place de la gare et ouvrages d’art tram ouverts aux piétons et cyclistes. La ville sera aménagée entièrement en zone 30 d’ici à 2014", indique le communiqué de la Fub.
"Les ponts sont un problème récurrent (...) Traverser la Loire est toujours un souci pour les cyclistes dans notre région. A Tours, la circulation est quasi impossible sur le pont Mirabeau, et le pont de Saint-Cosme n’est toujours pas aménagé. Quant au pont d’Arcole sur le Cher, on pense plus à Cambronne qu’à Napoléon…", commente le Collectif cycliste 37 (Indre-et-Loire) qui a soumis la candidature de Tours au jury de la Fub.

"C’est un belvédère sur la Loire de promenade piétons-cyclistes de plus de 4 mètres qui est aménagé dans la continuation de la rue Nationale piétonne. Un cas unique en France", selon le Collectif 37. Dans son communiqué, la Fub regrette toutefois l'absence d’une vélostation à proximité immédiate de la gare de Tours, pour un stationnement sécurisé des vélos. Promesse électorale du maire Jean Germain en 2008.


"Effarant"

Ce prix ne fait pas l'unanimité parmi les cyclistes tourangeaux, l'un d'entre eux, le trouve même "effarant" (lire le blog carfree.fr). "C'est la première fois qu'il y a une contestation du Guidon d'or", constate Geneviève Laferrère, présidente de la Fub dans les colonnes de la Nouvelle République.

Etait également nominée au Guidon d’or la ville de Valence (Drôme), qui a généralisé l’ensemble des "cédez le passage cycliste au feu sur son territoire communal, et la ville de Vénissieux (69) pour la réalisation de doubles sens cyclables.

Le "Clou rouillé" , c'est Marseille qui le remporte à cause de ses "très rares aménagements cyclables ne sont souvent réduits qu’à des coups de peinture sur le trottoir, quand ils ne sont pas totalement inutilisables, dangereux ou obstrués par des automobilistes en stationnement", juge l'association de défense des cyclistes.

Également nominées au Clou rouillé, la ville de Pontoise (Val d'Oise), "pour la rareté de ses aménagements cyclables, l’absence de zones de circulation apaisée type zone 30", ainsi que Biarritz "qui pratique la politique du tout voiture et néglige la place du vélo par une absence notoire d’aménagements", selon la Fub.

Nathalie Arensonas