Si la joint venture Asie entre RATP et Transdev était source de dissensions depuis la fusion et la défusion de Veolia Transdev, les deux partenaires sont allés main dans la main accompagner le chef de l'Etat français, fin avril 2013, lors de sa visite officielle en Chine.

Leurs deux patrons, Pierre Mongin pour la RATP, Jean-Marc Janaillac pour Transdev, n'en sont pas repartis bredouilles puisqu'ils ont remporté ensemble, le contrat d'exploitation du tramway de Shenyang, une agglomération de 7,2 millions d'habitants située au nord-est de Pékin. Il doit entrer en service le 1er juillet. Depuis 2010, il y roule déjà un métro exploité par le groupe hongkongais MTR.

Les deux groupes ont en effet annoncé dans un communiqué commun la signature d’un contrat entre la collectivité locale et une société d’exploitation détenue, selon le modèle classique chinois, à 51% par la municipalité et à 49% par la coentreprise entre RATP Dev et Transdev.

Un contrat de trois ans, de plus de 330 millions de yuans (soit plus de 41 millions d’euros), qui porte sur l’exploitation de quatre lignes réparties sur 60 kilomètres de voies, précise le communiqué. Premier tramway moderne en Chine avec des tronçons sans caténaires, il s’inscrit dans un projet de développement urbain et transportera à terme 150 000 passagers par jour, peut-on lire.
Ce contrat intègre une prestation d’assistance technique pour assurer un lancement opérationnel au 1er juillet 2013 en prévision des douzièmes "China National Games 2013", qui démarrent le 31 août 2013.

La joint venture réactivée en Asie

La joint venture entre Transdev et RATP Dev exploite déjà les tramways à impériale de Hong Kong, le réseau de bus de Nanjing  (2 000 véhicules), le réseau de bus du centre de Macao et la ligne 9 du métro de Séoul.
L'Asie représente un fort potentiel de développement, avait indiqué François-Xavier Perin peu de temps après son arrivée à la tête de RATP Dev, fin 2012. "Un possible portefeuille de 10 à 15% de notre chiffre d'affaires", avait-il alors précisé.

"Notre présence sur le marché chinois depuis 2009, les nombreux projets de tramways en Chine et notre actuelle position de premier opérateur européen en Asie confortent notre stratégie d’exportation du savoir-faire français en matière de transports publics et notre volonté de conquérir ensemble de nouveaux marchés sur ce continent", déclarent les deux dirigeants français dans le communiqué.

Une manière de dire que si RATP Dev avait envisagé de faire jouer son droit de préemption sur cette co-entreprise suite à la recomposition du capital de Veolia Transdev en 2012, et lorsque Veolia environnement en aurait perdu le contrôle, cela n'est plus d'actualité.