Alors qu'ils débattaient d'un projet de loi sur les infrastructures de transport, qui met notamment en oeuvre l'écotaxe poids lourds, les députés ont adopté le 11 avril un amendement qui prévoit "la création de stationnements vélos sécurisés dans les nouvelles gares ou lors de réaménagement d'anciennes".

Cet amendement était présenté par trois des 95 élus du Club des parlementaires du vélo, constitué en juillet 2012: Alain Bachelay, député des Hauts-de-Seine, Philippe Goujon, député de Paris et Denis Baupin, député de Paris et animateur de ce club.

"Comme le démontrent les expériences dans d'autres pays d'Europe, le développement des parkings sécurisés dans les gares a un effet très incitatif sur la pratique du vélo, a souligné l'élu écologiste. Il favorise notamment l'intermodalité vélo et transports collectifs".

Un décret viendra vraisemblablement préciser cette disposition, qui trouvera un beau terrain d'expérimentation avec les 72 gares du métro automatique du Grand Paris. Pour l'instant, l'équipement en stationnements vélo des gares résulte d'une politique volontaire des collectivités, et notamment des régions, en partenariat avec la compagnie ferroviaire.

Le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) déploie ainsi depuis 2012 un programme appelé Véligo.

Lors des débats, le ministre des Transports, de la mer et de la pêche Frédéric Cuvilliers a annoncé l'engagement du gouvernement en faveur d'une politique nationale du vélo sans préciser de calendrier précis.

HG (avec AFP)