Le 8 juin 2013, la collision entre un car scolaire et un TER, sur un passage à niveau à Allinges (Haute-Savoie), avait coûté la vie à sept collégiens et fait 25 blessés. Le procès de cette catastrophe s'est ouvert le 3 avril à Thonon-les-Bains, avec la SNCF et RFF sur le banc des prévenus.

C'est aussi le procès des passages à niveau. Qu'en est-il aujourd'hui? Selon des chiffres de RFF, une centaine de collision ont été dénombrées en 2012, soit une baisse de 40% sur dix ans. Le nombre de morts, lui, a été divisé par deux sur la même période, avec 33 tués l'an passé représentant 0,7% des décès liés à l'insécurité routière.

"C'est le non respect du code de la route qui est à l'origine de 99% des accidents", indique encore RFF. Vitesse d'approche excessive, passage "en chicane" ou non-respec d'un stop sont les scénarios les plus fréquents.

Sur les 15000 passages à niveau ouverts au trafic routier en France, 174 sont, à ce jour, "considérés comme à traiter ou à aménager en priorité", contre 364 en 2005, d'après les chiffres de RFF.

(AFP)