Le ticket lancé à Montpellier dispose de deux espaces d'encodage, un pour la tarification du parking et l'autre pour la tarification du transport collectif. Quand l'automobiliste pénètre dans le parking relais, le ticket délivré est horodaté par le système de péage du parking qui permet de contrôler la durée de stationnement et d'appliquer une grille tarifaire horaire.

Le client dispose alors de 30 minutes pour valider son ticket dans le tram. Au-delà de ce délai de carence, le support reste un ticket de parking ordinaire. A la sortie du parking relais, le système de péage vérifie la validation du titre de transport dans les transports en commun et la durée du stationnement à l'intérieur du parking. En cas de non validation du titre de transport, le client perd le bénéfice du "forfait de stationnement 24h" inclus dans le prix du titre de transport en commun, et la tarification horaire du parking s'applique.


Éviter les voitures ventouses

Montpellier a lancé ce nouveau titre pour éviter que dans des parkings relais situés près de zones commerciales, des voitures ventouses de clients de ces commerces ne viennent stationner, au risque de les saturer. Autre avantage de ce ticket interopérable, le temps passé à attendre aux guichets du parking ou aux distributeurs automatiques de titres de transport est réduit.

A ce jour, le système est opérationnel dans trois Parkings Tramway de Montpellier Agglomération (Circé, Gracia Lorca, Mosson) et sera progressivement étendu à l'ensemble des P+Tram au cours de l'année 2013. A terme, il pourrait s'étendre aux parkings du centre-ville.

Cette innovation s'inscrit dans le cadre du Plan local de déplacement de l'agglomération de Montpellier (PLD) qui prévoit notamment une refonte en profondeur de la politique de stationnement mais aussi un nouveau plan de circulation et un développement du réseau de transport public.

 

Robert Viennet