D'ici à 2016, la Seine va devenir un axe régional structurant... pour les cyclistes. Réuni en "commission permanente" le 4 avril 2013, le conseil régional d'Ile-de-France a en effet dégagé 2,5 millions d'euros pour aménager (ou améliorer) des pistes cyclistes sur 8 kilomètres, le long des berges entre Choisy-le-Roi et Ablon, dans le Val-de-Marne.

La réalisation de ce tronçon, dans un secteur en pleine mutation, sera déterminante pour l'ensemble du parcours. Les cyclistes peuvent déjà se rendre du centre de la capitale à Choisy, via des aménagements sur la berge. Après Ablon, l'itinéraire se poursuivra dans le territoire de l'Essonne, où les projets avancent également.

Cet investissement illustre la politique de la région en matière de véloroutes, ces grands itinéraires qui peuvent intéresser les touristes comme les déplacemenrts domicile-travail. En juillet 2011, elle a décidé de sélectionner un nombre très limité de grands axes et de mettre le paquet, financièrement, pour aider les collectivités maîtres d'ouvrage à les réaliser. Le taux de cofinancement atteint 60% du coût des travaux.

L'Eurovéloroute 3 ou EV3 fait partie de ses priorités: cet itinéraire européen traverse l'Ile-de-France du nord au sud, en empruntant la piste cyclable du canal de l'Ourcq au nord, puis différents aménagements sur le territoire parisien, avant de longer la Seine entre Charenton et Moret-sur-Loing, aux portes de la région.


Chef de file du projet EV3

Autre signe d'intérêt pour l'EV3, le vice-président EELV du Conseil régional, Pierre Serne, a accepté d'être le chef de file de toutes les régions traversées, de la Belgique aux Pyrénées. Ce pilotage politique devrait donner la visibilité nécessaire à ce projet, imaginé et porté par l'association CyclotransEurope. Cette dernière a baptisé "Seine à vélo" ces aménagements en bord du fleuve. 

Le conseil général du Val de Marne, maître d'ouvrage du projet, a lui-même de grandes ambitions pour le vélo. Situés sur la rive ouest, dans des terrains variés, les travaux liés à l'EV3 vont démarrer en avril 2013 pour une livraison en 2014 selon le conseil régional, par phases. La rive opposée, plus urbaine, sera également aménagée, tandis que deux liaisons cyclables entre les rives seront créées, sur la passerelle gazière au niveau d'Ivry et un pont routier plus au sud.

Au total, la commission permanente du 4 avril a dégagé une enveloppe de 7,9 millions d'euros pour différents projets consacrés au vélo. La région va, par exemple, soutenir une expérimentation à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, désireuse d'encourager les mobilités douces sur son campus. La région aide également fortement les promoteurs d'un plan de déplacement inter-entreprises qui se déploie sur une zone d'activité des Hauts-de-Seine (10.000 salariés concernés).

En 2011 et 2012, le conseil régional a investi dans sa politique vélo quelque 26 millions d'euros. Ce montant demeure l'objectif pour 2013.

Hélène Giraud