Eurovia Travaux Ferroviaire, filiale de Vinci, a posé fin août 2010 les premiers rails du futur tramway de Brest. Au total, il faudra pas moins de 40 000 traverses et 5 000 soudures pour la mise en place des rails sur les 14,3 kilomètres de la future ligne qui reliera le nord-est de l'agglomération au sud-ouest de Brest.

Un marché de 40 millions d'euros financé par les subventions de l'Etat, de l'Europe et de la région Bretagne ainsi que du conseil général du Finistère pour 89,9 millions d'euros. Auquel vient s'ajouter le versement transport pour 75,2 millions d'euros.
Un emprunt de 208,9 millions d'euros est prévu pour couvrir la quasi-totalité du solde. Il sera remboursé par le versement transport dont le taux passera à 1,8% après 2012.


Le chantier tient le chrono

D'après la communauté urbaine de Brest métropole océane, qui a délégué la maîtrise d'ouvrage du projet de tramway à la société d'économie mixte Semtram, "le chantier tient le chrono et respecte le planning" pour une mise en service en juin 2012.
Vingt-sept 27 vont ponctuer la ligne qui traversera le centre-ville et desservira les principales zones d'activité et commerciales de la périphérie, notamment celle de Froutven au nord, là où devraient être implanté un nouveau stade de football et à plus long terme, une salle de spectacle de type Zénith. 

Alstom a remporté le marché de réalisation des 20 rames (42,6 millions d'euros). Ce contrat est issu d'un groupement de commandes conclu avec le Grand Dijon qui, de son côté, achète 32 rames. Selon la collectivité locale, cette c ommande "groupée" aurait permis de "faire baisser la facture de plus de 20 %".


Une future extension ?


Prévue pour accueillir chaque jour 45 000 voyageurs en moyenne, cette ligne brestoise pourrait être complétée par un second axe. Les études sont en cours pour la création éventuelle d'une liaison longue d'environ 8 km, entre l'hôpital universitaire de la Cavale blanche, situé au nord-Ouest, et le port de commerce, plus au sud.

François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest Métropole Océane, évoque même son prolongement vers les communes voisines grâce à l'utilisation éventuelle des voies de chemin de fer. Le matériel roulant serait donc mixte tram-train.

Nathalie Arensonas