Le projet mis sur les rails par les signatures, le 1er février 2013, de la déclaration d'utilité publique (DUP) par les préfets des Hauts-de-Seine, de Paris, du Val d’Oise et des Yvelines, consiste à réaménager les 47 kilomètres de lignes existantes entre Mantes-la-Jolie et La Défense et de creuser un tunnel de 8 kilomètres entre La Défense et Saint-Lazare, terminus actuel du RER E.
Trois nouvelles gares seront créées (La Défense, Nanterre et Porte Maillot) et neuf adaptées et rénovées : Poissy, Villennes-sur-Seine, Vernouillet-Verneuil, Les Clairières de Verneuil, Les Mureaux, Aubergenville-Elisabethville, Epone Mézières, Mantes Station et le terminus Mantes-la-Jolie.

Actuellement, le RER E, baptisé Eole, relie les communes de l'est parisien (Chelles Villiers-sur-Marne) à la gare Saint-Lazare sur plus de 55 km.


Paris-Mantes en un coup de vent

Pour les Franciliens, cette nouvelle liaison ferrée permettra de gagner 17 minutes entre la Défense et Mantes-la-Jolie, ramenant le temps de parcours à 35 minutes. "Ce projet ambitieux participera aussi à la désaturation du RER A en facilitant l’accès à la Défense et à Paris pour les habitants de la grande couronne", se félicite Sophie Mougard, directrice générale du Syndicat des transports franciliens (Stif). Selon les prévisions, le RER A devrait en effet être soulagé de 10 à 15% de trafic, entre La Défense et Auber.

La DUP intervient un an tout juste après l'enquête publique, en janvier 2012. Les études d'avant-projet en cours portent sur la réalisation du projet dans son intégralité et sur l'optimisation de son coût, estimé pour l'instant par Réseau ferré de France (RFF) à 3,7 milliards d'euros, mais que le Stif voudrait revoir à la baisse. Si le calendrier est respecté, l'avant-projet sera soumis aux conseils d’administration du Stif et de RFF à l’automne 2013. Début des travaux prévu en 2014 pour une mise en service à l’horizon 2020.

Robert Viennet