Le leader européen des transports internationaux par autocar qui, dès l'autorisation accordée aux transporteurs en septembre 2011 d'ouvrir des liaisons routières en cabotage (1) entre des villes françaises, avait déposé une demande au ministère des Transports pour ouvrir 230 liaisons (il en a déjà obtenu 170), étoffe aujourd'hui son offre entre Paris et Lyon. 
Eurolines double en effet le nombre de ses rotations hebdomadaires entre les deux villes, passant de six à treize (soir 26 aller-retour).

Avec un positionnement "crise" : l'autocar est "une alternative économique aux autres moyens de transport sur les trajets en France". Pour preuve : les billets Paris-Lyon sont à partir de 28 euros, et à l’occasion du lancement de ces nouvelles rotations, Eurolines met en vente des billets au tarif promotionnel de 9 euros jusqu’au 20 décembre 2012.


D'autres autorisations en attente

En obtenant l’autorisation de doper sa ligne Paris-Lyon (la demande a pris plusieurs mois avant d'aboutir), Eurolines affichent des horaires complémentaires aux horaires déjà commercialisés : les voyageurs partiront de la gare routière Paris Gallieni, porte de Bagnolet à 8h15 (arrivée à Lyon à 14h) tous les jours de la semaine ou à 14h45 (arrivée à Lyon à 21h15) du lundi au samedi.
Le retour depuis Lyon Perrache est à 6h30 (arrivée à Paris 12h15) du mardi au dimanche ou à 15h (arrivée à Paris 21h30) tous les jours de la semaine.

Paris-Lyon est l’une des 170 liaisons entre villes françaises aujourd’hui proposées par l'autocariste qui attend d'autres autorisations pour ouvrir d'autres liaisons, sans vouloir révéler lesquelles "car la concurrence est féroce", commente t-on chez Eurolines. Longtemps seul sur le marché, le transporteur doit aujourd'hui ferrailler avec les iDBUS de la SNCF et la compagnie Starshipper.

Pour lancer une liaison routière entre deux villes françaises, les autocaristes doivent obtenir l'autorisation du ministère des Transports dont les services se concertent avec les régions car ce sont elles qui financent les liaisons TER, et ces nouvelles lignes routières ne doivent pas mettre en danger l'équilibre écononomique d'autres lignes existantes.
 
Nathalie Arensonas

(1) Le cabotage offre la possibilité pour un transporteur de prendre et déposer des voyageurs en France lors d'un trajet international