Au delà du transport public de voyageurs urbain et ferroviaire, l'UTP (1) veut étendre son champs de compétences à "tous les métiers de la mobilité" : aux gestionnaires d'infrastructures et à terme, aux gestionnaires de stationnement.

L'organisation professionnelle s'est déjà ouvert aux opérateurs de la téléphonie en 2010 (pour améliorer les services d'information voyageurs) et aux opérateurs ferroviaires en 2006 (SNCF et entreprises privées). C'est dans ce cadre qu'elle a mené la négociation avec les syndicats cheminots en vue d'une convention collective du fret et qu'elle a participé activement aux Assises du ferroviaire.

En modifiant ses statuts pour devenir "l'organisation professionnelle de la mobilité", lors d'une assemblée générale extraordinaire prévue le 10 janvier 2013, l'UTP devrait alors accueillir parmi ses administrateurs deux gestionnaires d'infrastructures et deux autres représentants de la SNCF.
"Cette évolution permettra à l’UTP d’incarner l’unité de la branche ferroviaire, d’en assurer la responsabilité pour être l’interlocuteur des pouvoirs publics, des collectivités territoriales, des organisations syndicales et de tous les acteurs du ferroviaire", indique le syndicat patronal.

Autrement dit, lorsque la loi ferroviaire sera adoptée - probablement en juin 2013 suite à la réforme du rail annoncée par le gouvernement - l'UTP sera ainsi armée pour mener les négociations avec les syndicats cheminots. L'ampleur de la tâche dépendra de la date de publication du décret : avant ou après la concertation entre les partenaires sociaux ?


Une fois ses nouveaux statuts actés, le conseil d'administration de l'UTP sera composé ainsi :

Keolis : 4 sièges
Veolia Transdev : 6 sièges
SNCF : 4 sièges
RATP : 3 sièges
Agir : 3 sièges
Gestionnaire d'infrastrutures : 2 sièges
Nouvel entrant dans le secteur du transport urbain : 1 siège
Nouvel entrant ferroviaire : 1 siège

N.A

(1) Traditionnellement représentatrice des acteurs du transport urbain et ferroviaire, l'Union des transports publics a créé une structure commune, l'Apam, avec la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) qui représente les entreprises autocaristes. Objectif, promouvoir les transports urbains et interurbains d'une même voix.