Décidément, la SNCF cherche à sortir de ses rails. Après ses autocars iDBUS lancés sur les routes en juillet 2012, la compagnie ferroviaire va investir dans le site Zilok Auto qui organise des locations de voitures entre particuliers. Et a décidé fin 2012 de changer de nom de marque commerciale pour devenir OuiCar.

"Nous disposons aujourd'hui d'une flotte de 4 000 véhicules, nous comptons en avoir 10 000 d'ici à la fin de l'année, explique Marion Carrette, fondatrice de la start-up en 2007 puis de Zilok Auto en mai 2012. Une voiture par rue à Paris, et presque autant dans d'autres grandes villes françaises !", ambitionne la jeune femme qui a eu l'idée du site à son arrivée à la gare de Marseille Saint-Charles, sans une seule voiture disponible dans les agences de location classiques pour se rendre à un mariage.

De grandes ambitions qui nécessitent une force de frappe financière. Marion Carrette a déjà su attirer le fonds d'investissement du fondateur de Meetic, Jaina Capital, et, comme l'avait annoncé MobiliCités début octobre, elle bénéficie maintenant de l'apport financier du fonds d'investissement européen Ecomobilité Ventures, dont la SNCF est l'actionnaire principal à hauteur de 15 millions d'euros, aux côtés de Total et Orange (5 millions d'euros chacun).
PSA Peugeot Citroën s'est retiré du pacte d'actionnaires en juillet 2012 à cause de ses difficultés financières, et le fonds serait en passe de signer avec un nouvel investisseur dont le nom est encore confidentiel.


"L'idée n'est pas de piquer celles des autres"

L'idée de ce fonds européen dédié à la mobilité durable n'est pas de se mettre à quatre pour "piquer" les bonnes idées des autres, mais plutôt de se mettre à quatre pour les aider à se développer", explique Fabienne Heurlaut, directrice du fonds, dans une interview mise en ligne le 2 octobre 2012 sur Widoobiz.
Sur les 350 projets qui ont sollicité l'aide financière d'Ecomobilité Ventures, plus d'une centaine ont été sélectionnés, et trois sont liés à des services d'autopartage et de covoiturage. Dont Zilok Auto (lire l'encadré pour les deux autres lauréats).

Comme pour le site généraliste Zilok (300 000 visiteurs uniques par mois) qui permet de louer n'importe quel objet, de la perceuse à la tondeuse à gazon, Zilok Auto (6 000 visiteurs-jour) met en relation des propriétaires et des locataires de véhicules. Sans ticket d'entrée. Zilok prend une commission de 30% sur chaque transaction, dont 10% pour l'assurance.
"Au démarrage, cela a été très difficile de trouver un assureur assez téméraire pour nous suivre, indique Marion Carrette. En 2009, une filiale d'Axa, la MGARD, a joué le jeu et le site généraliste a pu intégrer les voitures dans sa gamme d'objets à louer. Aujoud'hui, l'assureur est MMA. Comme ce sont les produits le plus demandés, la créatrice de la start up a décidé, en mai 2012, de créer un site dédié.
En moyenne, les voitures sont louées trois jours et demi, et le prix moyen oscille entre 25 et 30 euros par jour, selon l'année et la catégorie, assurance comprise.

L'objectif de la SNCF est-il d'absorber un jour le site de location, qui serait le dernier maillon d'un déplacement en train ? "Nous protégeons l'intégrité des start up qui sollicitent notre aide, l'objectif est plutôt de leur apporter de l'argent, mais pas que de l'argent : le regard et les compétences complémentaires de très grandes entreprises", répond Fabienne Heurlot. Comme la SNCF qui veut devenir "un intégrateur de mobilité".


Nathalie Arensonas