"Nous travaillons sur la séparation comptable de Gare & Connexions et de la SNCF depuis janvier 2010. Elle était censée être mise en œuvre début 2011 mais ce n’est toujours pas le cas." Pierre Cardo, président de l'Autorité de régulation des activités ferroviaires, ne mâche pas ses mots.
Lassé d’attendre que la SNCF cesse ses "atermoiements" et propose un montage séparant clairement la comptabilité de sa branche Gares & connexions de son activité de transporteur, il passe à l’offensive.
Si la SNCF ne lui fait pas de propositions sous un mois, il "passera à un autre niveau, en prenant des sanctions financières, pouvant aller de 3 à 5% du CA ou des mesures de restriction d’accès au réseau", a indiqué Pierre Cardo devant des journalistes.


Zones d'ombre

La loi prévoit que "la gestion des gares, lorsqu'elle est effectuée par la Société nationale des chemins de fer français, fait l'objet d'une comptabilité séparée de celle de l'exploitation des services de transport. Aucune aide publique versée à l'une de ces activités ne peut être affectée à l'autre."


Pour Pierre Cardo le compte n’y est pas. Il subsiste encore trop de zones d’ombre : "Comment expliquer que la SNCF emprunte sur les marchés à 3,5% alors que Gare et connexions emprunte aupres de la SNCF à 5% ?", s’interroge le gendarme du rail qui pointe également le niveau des dividendes versés par Gare & connexions à la SNCF.


Robert Viennet