Depuis quelques années, les grandes agglomérations françaises, après avoir développé des infrastructures lourdes type tramway, ont redécouvert les vertus de l'autobus. Plus souples pour desservir l’ensemble de leur territoire et plus économiques, ils permettent de s’adapter aux nouvelles habitudes de vie des populations.

Si à Lyon, le big bang du réseau de surface s’est faite en une fois, fin août 2011 (lire), Lille a opté pour un changement progressif sur trois ans. Mais au final, le résultat sera le même : un bouleversement complet avec une offre augmentée de 30% avec et un objectif à horizon 2017, capter 50% de voyageurs supplémentaires. Conséquence de cet effort sans précédent, l’embauche de 370 personnes et l’achat de 90 véhicules supplémentaires.

De Liane en Liane

Après le Nord et le Sud de la métropole lilloise, c’est donc au tour des territoires du Nord Ouest et de l’Est, la vallée de Lys et Tourcoing de bénéficier de cette restructuration. Le réseau de bus y a été repensé autour de deux nouvelles lignes à haut niveau de service, les "Lianes", et de deux nouvelles Citadines (lignes de bus de proximité). La ligne de nuit, lancée en septembre 2011, a vu son amplitude et sa fréquence augmenté : un bus toutes les 30 minutes de 0h30 à 5h les jeudis et vendredi et toutes 20 minutes de 0h30 à 6h le samedi.

Autre réalisation d’envergure, le bouclage de la ligne circulaire "La Corolle"qui permet de relier quatorze communes autour de Lille. Apres l’ouverture en août 2011 d’un premier tronçon de 13 km, entre le CHR de Lille et l’hôtel de ville de Villeneuve d’Ascq, la Corolle dessert depuis le 28 août huit communes supplémentaires. Cette ligne qui circule toutes les 20 minutes de 5h30 à 22h 30 du lundi au samedi, et toutes les heures le dimanche, est en connexion avec les deux lignes de métro et le tramway.

Dernière étape de cette restructuration en septembre 2013 avec a mise en service de la "Liane" Halluin Villeneuve d’Ascq et le réaménagement complet des secteurs de Roubaix et de Tourcoing.

Robert Viennet