Selon le journal Le Monde du 26 juillet 2012, la Caisse des dépôts (CDC) pourrait devenir majoritaire dans Veolia-Transdev, la filiale qu'elle détient à parité avec Veolia Environnement (VE), après que cette dernière a annoncé fin 2011 vouloir sortir de son activité dans les transports publics.
Au total, VE prévoit de céder pour cinq milliards d'actifs dans le cadre de son programme de désendettement, à commencer par ses activités de transports.

Le quotidien qui ne cite pas ses sources, explique que la CDC "est prête à prendre ses responsabilités" dans ce dossier et que le nouveau directeur général du bras armé financier de l'Etat, Jean-Pierre Jouyet, s'est entretenu le 24 juillet avec le pdg de Veolia Environnement, Antoine Frérot, à ce sujet. Interrogé par Mobilicités, VE se refuse à tout commentaire.


"55% maximum"

Le Monde précise que les détails ne sont pas encore réglés mais qu'"une part d'au moins 60% serait jugée opportune". Information démentie par une source proche du dossier à la CDC : "Nous étudions plusieurs possibilités, dont celle de monter au capital, mais ce ne sera pas à plus de 55% (...) Une chose est certaine, il faut trouver rapidement un pilotage clair pour cette entreprise", indique cette même source.

Et donc trouver un (ou plusieurs ?) acquéreurs pour le solde de la participation de Veolia Environnement. Le fonds d'investissement Cube Infrastructure, contrôlé par la banque Natixis, candidat à la reprise de la part de VE, n'avait finalement pas été retenu (lire).
Parmi les potentiels acheteurs, l'Allemand Rethmann, spécialisé dans les services aux collectivités locales, le transport et la logistique, qui avait déclaré sa flamme dans le même temps (lire).

La montée au capital de la Caisse des dépôts se ferait grâce à une transformation des prêts qu'elle a consentis à Veolia Transdev en capital. Le désengagement de Veolia Environnement serait alors "progressif", ajoute Le Monde selon une information de Reuters. 

La veille, l'agence de presse annonçait d'ailleurs une autre information selon laquelle le groupe avait lancé le processus de cession de ses marchés d'autobus en Europe de l'Est afin d'être une cible plus attrayante pour des acheteurs potentiels. Également interrogé par Mobilicités à ce sujet, Veolia Transdev n'a pas souhaité commenter.
Le groupe aurait chargé la banque néerlandaise ING de trouver des acquéreurs pour des concessions de services de bus urbains en République tchèque, Slovaquie, Pologne, Serbie, Croatie et Slovénie.

Nathalie Arensonas