Après huit mois de négociations avec quatre candidats, les élus départementaux d’Ille-et-Vilaine ont confié le 11 juin 2012 la gestion de la gare routière de Rennes à Entreprise et Mobilité Service (EMS), filiale de RATP Dev, pour une durée de huit ans et cinq mois.

"Nous avons retenu cette entreprise pour ses qualités d’organisation mais aussi et surtout car son offre était beaucoup plus avantageuse financièrement que les autres candidats", explique André Lefeuvre, vice-président en charge des transports au département. En effet, contrairement aux autres candidats (CFTI Veolia, Effia et Réunir Grand Ouest), EMS n’a pas sollicité de subvention d’équilibre. "De plus, elle a prévu de verser au Syndicat mixte de la gare routière une redevance annuelle de 7 000 euros pour l’exploitation de l’infrastructure. Ce n’est pas neutre", précise l’élu.


Grande première pour Ratp Dev

Pour Ratp Dev, ce contrat est une première en province. Si le groupe gère depuis longtemps des gares routières et des pôles d’échanges sur son territoire francilien, c’est la première fois qu’il est chargé de piloter un tel équipement dans une ville où il n’exploite pas de lignes de transport public.
Une compétence nouvelle donc, qui pourra s'avérer très utile dans la perspective du Grand Paris quand la gestion des gares et des pôles d’échanges sera attribuée par appel d’offres. Mais aussi en province où les départements ont de plus en plus souvent recours à la délégation de service public pour gérer ces infrastructures.

A Rennes, pour emporter le marché, EMS a proposé plusieurs options dont certaines ont été retenues par le conseil général. Ainsi, la gare routière sera ouverte plus tard le soir en semaine et surtout les dimanches et les jours fériés. Ce qui n’était pas le cas dans le précédent contrat. "Le dimanche soir, de nombreux étudiants transitent par la gare routière. Nous avons proposé d’ouvrir trois heures pour qu’ils puissent attendre dans de meilleures conditions et bénéficier de tous les services que nous proposons" explique-t-on chez RATP Dev.

Autres innovations, le développement fin 2012 de l’autopartage, en accord avec Cityroul’ (une société locale d’autopartage qui a déjà un partenariat avec Keolis Rennes), la sonorisation des quais pour améliorer l’information voyageurs, et la création d’un relais colis.

67 000 départs d'autocars en 2011

En 2011, 67 000 départs de cars ont été enregistrés à la gare routière de Rennes. Un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2010 en raison de la réorganisation du système de connexion des lignes interurbaines du réseau Illenoo avec le réseau des transports urbains rennais, et à la gare SNCF.
"Désormais nous évitons de rentrer au cœur de la ville. Pour cela, nous avons organisé des correspondances avec les stations de métro situées en périphérie", indique André Lefeuvre. EMS devra gérer la période transitoire de travaux qui verront la transformation de l'espace gare en pôle d’échanges multimodal, en 2019. Date à laquelle une deuxième ligne du métro doit entrer en service et qui sera précédée de l’ouverture de la Ligne à grande vitesse. "Nous voulons que l’intermodalité joue pleinement son rôle entre tous les modes", poursuit l'élu breton.

Robert Viennet et Christine Cabiron