S'affranchir du caténaire ou du 3e rail

Comment ça marche ? Les équipements au sol appelés "segments inductifs" sont jalonnés d’onduleurs tous les neuf mètres, raccordés à un réseau d’alimentation électrique à 750 V continu. Ils génèrent un champ magnétique qui permet de produire du courant dans un conducteur récepteur distinct qui passe à l’intérieur du champ magnétique.

Objectif, s’affranchir de la caténaire, comme du troisième rail ou de toute installation classique d’alimentation électrique aérienne ou au sol, par contact. Les composants du système sont enfouis sous la chaussée, côté émetteurs. Côté récepteurs, ils sont placés sous les rames du tramway.
Des batteries installées dans la toiture des rames sont rechargées régulièrement et à haute puissance pendant le passage du convoi dans les sections équipées du système. Ces sections sont situées en station mais aussi à 50 ou 100 mètres de la station pour permettre à la fois le "biberonage" (le tramway "biberonne" son électricité quand il stationne à l'arrêt) et la poursuite de la recharge rapide des batteries au moment de la phase d'accélération du tram.


Les bus et les voitures aussi

Primove intéresse beaucoup les autorités allemandes. Alors que déjà l’université de Brunswick (Basse Saxe) avait participé à l’élaboration du projet, l’installation pilote d’Augsbourg a bénéficié d’une subvention de 6 millions d'euros du ministère fédéral allemand des Transports. 
Et le 31 mai, lors de cette présentation, Rainer Bomba a annoncé que l’Etat fédéral allait financer à hauteur de 2,9 millions d'euros l’installation de Primove sur une ligne de bus d’une longueur de 12 km à Brunswick.

Selon André Navarri, Primove va devenir "incontournable pour les nouveaux tramways à créer puisque, à coût égal d’investissement, on peut se passer de la caténaire", ajoutant que, plus globalement, Bombardier créée "la mobilité électrique sans fil pour tous les types de véhicules".

En effet, l’extension de cette solution aux autobus est actuellement testée à Lommel, au nord-est de la Belgique, en partenariat avec Van Hool. Des négociations sont en cours avec d’autres constructeurs. Et elle devrait aussi intéresser les flottes d’entreprises et les taxis qui pourraient s’affranchir des branchements pour recharger les batteries des voitures dans les parkings ou en station. Un Van Mercedes Vito (en photo) est d'ailleurs équipé de Primove est également testé sur le circuit d’Augsbourg en même temps que le tramway.

Michel Chlastacz