Michel Bleitrach pensait rester à la tête du directoire de Keolis pendant encore un an, vers la fin de son mandat à la présidence de l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP), mais le pacte d'actionnaires a décidé de précipiter la recomposition du capital du groupe de transport qu'il dirige depuis huit ans. 

Il est actuellement détenu à 56,5% par la SNCF, et à 40,7% par une holding composée de la Caisse des dépôts et placement du Québec (CDPQ), d'Axa Private Equity et du fonds Pragma et à 2,8% par ses dirigeants et salariés.
Actionnaire de moyen terme, Axa a décidé de se retirer du capital de Keolis au bout de cinq ans.