Le réseau de l'agglomération de Saint-Brieuc (118 000 habitants) était géré en délégation de service public (DSP) depuis 1990. Cette décision des élus briochins est une mauvaise nouvelle pour l'opérateur sortant, Veolia Transdev, qui était candidat à sa propre succession. Il pourra se consoler en constatant que son concurrent, Keolis, qui avait aussi déposé une offre n'a pas non plus été retenu.

Selon le quotidien Ouest France, ce changement de mode de gestion - passage en SPL -a été voté pour des raisons financières. Les propositions des deux candidats "pour un service identique" impliquaient une augmentation de 10% de la facture pour l'agglomération.


Un choix politique

Michel Lesage, président de Saint Brieuc agglomération, cité par le quotidien régional, y voit "un choix politique. Comme pour l'eau, les déchets, l'énergie, nous y gagnerons une plus grande maîtrise de nos politiques publiques. Nous serons aussi moins dépendants des multinationales privées", dit l'élu.
"L'essentiel pour moi, c'est la qualité du service rendu à la population, insiste Bruno Joncour maire de Saint-Brieuc. Il faudra veiller à ce qu'il perdure. Car les entreprises de transports ont un savoir-faire."

Robert Viennet